Recul de dix ans pour le trafic des ports français


Les huit grands ports métropolitains français ont vu leur trafic décrocher au premier trimestre. Alors que les conséquences du coronavirus devraient davantage se faire sentir sur les trois mois suivants, leur niveau est déjà le plus bas de ces dix dernières années, dans la continuité d'une baisse quasi ininterrompue depuis un an.


Rouen bénéficie d'une bonne campagne céréalière © GPMR
Rouen bénéficie d'une bonne campagne céréalière © GPMR
Inutile d'attendre les résultats semestriels pour entrevoir la tendance baissière des ports français de métropole. On a pu l'oublier vu l'omniprésence de la crise sanitaire, le déclin des volumes 2020 a commencé dès le mois de janvier avec les mouvements sociaux contre le projet de réforme des retraites – les opérations "ports morts" – qui avaient démarré en décembre 2019.
Le début de la pandémie en Chine sur fond de Brexit et de tensions sur le marché pétrolier a achevé de donner au transport maritime hexagonal un contexte défavorable.
Dans la continuité d'une tendance amorcée au dernier trimestre de l'année dernière, les sept Grands Ports maritimes métropolitains et Calais ont donc déjà cumulé une baisse de 2,7 % après les trois premiers mois de l'année, à 72,425 millions de tonnes. La perte a même été quasi continue dans tous les segments sauf les vracs solides depuis début 2019.

Seuls les vracs solides résistent

Le ministère de la Transition écologique a compté pour ce premier trimestre 46,919 millions de tonnes de marchandises entrées dans les principaux ports français de métropole, soit une baisse de 2,4 % par rapport au trimestre précédent. Mais ce volume est inférieur de 12,5 % à celui des trois premiers mois de l'année 2019 (53,59 Mt). Les importations sont très majoritaires dans les ports du pays, dont elles représentent 64,8 % du trafic total de marchandises.
S'agissant du trafic sortant (25,51 Mt), la chute est plus sévère par rapport à la fin d'année dernière (3,2 %), mais moins si on la compare aux flux exportés de janvier à mars 2019 (28,46 Mt). La baisse est alors de 10,4 %. "Le confinement notamment en Asie et l'arrêt des activités en France ont pesé sur le trafic entrant et sortant des principaux ports de métropole ce trimestre", remarque le ministère.

"Les volumes de Rouen tirés par la hausse des céréales"

Ce recul a touché tous les types de marchandises sauf les vracs solides, dont le trafic a augmenté de 2,5 % par rapport au trimestre précédent (15,93 Mt), les vracs liquides (30 Mt) ont diminué de 3,5 %, le trafic conteneurisé (10,53 Mt) de 2,9 % et le ro-ro (14,42 Mt) de 7,7 % entre fin 2019 et début 2020.
Sur douze mois, la perte est là encore importante, respectivement 14,8 %, 14,7 % et 15,3 % pour les liquides, les boîtes et le roulier. Les vracs solides parviennent à augmenter de 0,9 % comparé au premier trimestre 2019.
En nombre d'unités, la diminution du trafic national métropolitain de conteneurs est de 5,6 % sur le trimestre et de 17 % sur un an avec un total de 1,075 millions d’EVP. Le trafic sortant a été plus affecté (0,518 M EVP, - 19,5 %) que les flux entrants (0,557 M EVP, - 14,6 %).
Le nombre total d'escales dans l'Hexagone, qui avoisine les 16.000 est en baisse de 21,4 % comparé au premier trimestre 2019.

Le Havre et Marseille plongent

Dans le détail par port, la perte de trafic sur un an est abyssale pour Le Havre (- 20,3 %, à 14,112 Mt – et dans une moindre mesure pour Marseille (- 13,3, à 18,209 Mt). Pour l'un comme pour l'autre, la baisse est bien plus légère, comparé au trimestre précédent : 3,5 % pour le port normand et 1,8 % pour le port provençal.
Les statistiques ministérielles font ressortir que seul le Grand Port maritime de Rouen a vu son activité croître, "tirée par la hausse du vrac solide". Avec 6,271 Mt au compteur, le port céréalier a progressé de 1,7 % sur un trimestre et même de 9,1 % sur douze mois. Sur cette période, La Rochelle est l'autre port hexagonal ayant enregistré une amélioration de son trafic : + 3,7 % pour un total de 2,507 Mt, un chiffre en baisse de - 2,8 % comparé au dernier trimestre de 2019.
GPM ou pas, les autres grands ports métropolitains ont plongé en ce début d'année. Malgré son penchant pour les vracs solides, Dunkerque a perdu 6,7 % sur trois mois et 10,1 % sur douze (12,247 Mt). Dépendant du trafic roulier transmanche, Calais a chuté de 1,5 % et 14,5 % (10,293 Mt).
Nantes-Saint-Nazaire (7,139 Mt) et Bordeaux (1,646 Mt) sont les moins touchés par la dégringolade des trafics. Le premier a perdu 1,9 % par rapport au trimestre précédent et - 8 % sur un an, le second a reculé respectivement de 1,2 et 7,3 %.

Franck André

Mardi 7 Juillet 2020



Lu 2041 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Septembre 2020 - 17:11 Brève grève des officiers du port de Calais


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide

























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal