Revue hebdo : le sucre et l'or tonifiés, l'aluminium plombé


Le prix de l'or a augmenté, dopé par les inquiétudes des investisseurs concernant l'Ukraine et par l'inflation, au fil d'une semaine écourtée par le week-end pascal.


© CV Réunion
© CV Réunion
L'once d'or a atteint mercredi 13 avril 1.981,59 dollars, un niveau plus vu depuis plus d'un mois. "L'or profite de son statut de valeur refuge avec la perspective d'un long conflit en Ukraine", commente Stephen Innes, analyste de SPI AM.
La Russie a menacé en milieu de semaine dernière de frapper des centres de commandement à Kiev, accusant l'Ukraine d'attaques contre son territoire, tandis que les États-Unis ont annoncé la fourniture d'équipements militaires lourds aux Ukrainiens.
Dans le même temps, l'ONU a estimé qu'un "cessez-le-feu général" à des fins humanitaires ne semblait "pas possible actuellement", les Nations unies attendant toujours des réponses de Moscou à des propositions concrètes en vue de l'évacuation de civils.
Le marché aurifère profitait également d'une inflation galopante aux États-Unis (+ 8,5 % sur un an en mars, un plus haut depuis décembre 1981).
Cependant, cet appétit pour l'or ne se traduisait pas par une baisse des valeurs boursières, pourtant considérées comme des actifs plus risqués, souligne Jeffrey Halley, analyste à Oanda. "Soit les Bourses vont s'effondrer, soit ce sera l'or", commente-t-il.
Toujours le 13 avril, l'or s'est échangé pour 1.963,04 dollars l'once, contre 1.947,54 dollars en fin d'échanges le vendredi précédent.

L'aluminium terni

Les cours de l'aluminium étaient en recul la semaine dernière à la Bourse des métaux de Londres, reflétant la baisse du coût de l'énergie, et plombés par l'effritement de la demande venant de Chine, premier consommateur de métaux industriels.
L'aluminium "a perdu tous les gains qu'il avait accumulés depuis le début de la guerre en Ukraine le 24 février", souligne Daniel Briesemann, analyste de Commerzbank.
Un phénomène qu'il attribue "à la baisse des prix de l'énergie, qui fait que les coûts de production des fonderies ne sont plus aussi élevés", car "l'énergie représente environ 40 % du coût total de production de l'aluminium", assure l'analyste.
Les prix du pétrole comme ceux du gaz naturel ont en effet largement dévissé de leurs commets pluriannuels, atteints le 7 mars dernier. Les deux références du brut se négocient toutefois encore au-dessus de la barre symbolique des 100 dollars le baril.
La "multiplication des cas de Covid-19 en Chine (...) suscite des inquiétudes quant à la demande dans le pays qui est de loin le premier consommateur de métaux au monde", ajoute Daniel Briesemann.
Le pays impose des confinements très stricts en raison de la résurgence de contaminations, qui pénalisent lourdement l'activité économique dans la région de Shanghai.
Les baisses de prix ne sont cependant pas "significatives", affirme-t-il, car "les mesures d'endiguement en Chine ne touchent pas seulement la demande, mais aussi l'offre, ce qui signifie que leurs impacts sur les prix des métaux s'annulent en grande partie".
Sur le London Metal Exchange (LME), la tonne d'aluminium pour livraison dans trois mois s'échangeait le 13 avril à 3.271,00 dollars, contre 3.374,50 dollars le vendredi précédent à la clôture.

Les prix du pétrole encouragent la production d'éthanol


Les prix du sucre ont grimpé sur la semaine, jusqu'à atteindre un record de plus de cinq ans à Londres et de plus de sept mois à New York, avant de redescendre de leurs sommets.
Jeudi 14 avril à Londres, le prix du sucre blanc a culminé à 558,00 dollars la tonne, un sommet plus vu depuis février 2017. La livre de sucre brut à New York a quant à elle atteint les 20,46 cents la veille, un plus haut depuis septembre 2021.
Les prix du pétrole ont "stimulé la demande d'éthanol et incité les transformateurs de canne à sucre à produire plus de carburant et moins de sucre", expliquent les analystes de Société Générale dans une note.
Un prix élevé du pétrole incite les producteurs à transformer une partie de leur récolte en éthanol, ce qui réduit la quantité de sucre sur le marché et faire monter les cours. Les deux références du brut s'échangent toujours au-dessus des 100 dollars le baril.
Par ailleurs, "au Brésil, premier producteur mondial, la monnaie nationale a bondi à son plus haut niveau depuis mars 2020, ce qui a incité les agriculteurs à garder leurs stocks sous clé au lieu de les vendre en dollars américains à un prix moins intéressant", ajoutent les analystes de Société Générale.
À New York, la livre de sucre brut pour livraison en juillet prochain valait 20,11 cents, contre 20,27 cents six jours auparavant.
À Londres, la tonne de sucre blanc pour livraison en août valait 553,50 dollars contre 551,50 dollars le vendredi précédent à la clôture.

AFP

Vendredi 15 Avril 2022



Lu 972 fois



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 27 Juin 2022 - 18:21 Le cuivre, l’or et le café reculent


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal