Rouen : embellie dans les échanges avec l’Afrique


Même s’il a déjà fait mieux, le Grand Port maritime de Rouen voit cette année les échanges avec le continent africain, et la COA en particulier, s’améliorer. C’est l’une de ses grandes spécialités, culturelle et historique.


© Éric Houri
© Éric Houri
"L’an dernier, nous n’avons pas vendu le moindre grain sur la côte occidentale en raison de la crise céréalière, et les difficultés liées à l’oil & gas étaient à leur apogée. Cette année, il y a du mieux", rappelle Patrick Bret, responsable commercial de l’axe Nord-Sud au sein de Haropa-Ports de Paris Seine Normandie.
À fin septembre, les exportations vers l’Afrique de l’Ouest s’élevaient à 478.400 tonnes contre 282.400 l’an dernier, ce qui en année mobile se traduirait par 591.600 tonnes contre 396.100 tonnes, soit une progression de près de 50 %. Un exemple parmi d’autres : le groupe céréalier Beuzelin a expédié cette année du blé et du malt vers le Cameroun, le Gabon et le Congo (en conteneurs).
Cette embellie se constate également du côté des importations. Elles se situaient fin septembre à 91.200 tonnes contre 59.700 tonnes en 2017, soit une hausse de 52 %. En année mobile, la progression serait d’environ 40 %, avec 127.600 tonnes contre 91.000 l’an passé. Un exemple : un trafic d’attapulgite en provenance de Dakar a été déchargé au terminal de Honfleur.
Côté cacao, les importations pour les deux groupes industriels présents en Normandie se sont situées à un bon niveau qu’il s’agisse de fèves ivoiriennes en conteneurs ou ghanéennes en vrac.

"Des actions en Guinée avec le Sénégal, en Côte d’Ivoire avec le Ghana et peut-être au Togo"


Autre bonne nouvelle, la fin des quotas européens imposés par Bruxelles, il y a un peu plus d’un an, a permis aux sorties de sucre, sous toutes les formes de conditionnement, de repartir très vite au point d’atteindre les 100.000 tonnes au départ du terminal Robust exploité par Senalia sur la presqu’île Élie pour le compte de Saint-Louis Sucre (groupe allemand Südzucker).
Au niveau des opérateurs logisticiens, on avait noté l’an dernier l’intérêt porté au continent africain de nouveaux arrivants tels DHL, Panalpina, Derruder ou Vatinel. S’y sont ajoutés cette année, à Rouen comme au Havre, Sogena International, Seafrigo et le groupe lyonnais Clasquin.
Concernant le breakbulk pour lequel Rouen revendique toujours la place de dauphin d’Anvers, les mêmes armements restent présents, comme l’allemand Bocs. Ils développent des escales à l’image de Nile Dutch MPV vers le Cap Vert ou la Mauritanie, ou encore le groupement UAL/MTL vers le Bénin, le Sénégal et aussi la Mauritanie.
Par ailleurs, comme chaque année, Haropa a multiplié les missions commerciales en Afrique. Au Gabon et au Congo mais également en Guinée Conakry. "Un pays qui part de bas mais se développe rapidement avec l’aide des pouvoirs publics. Il est possible d’y développer du business", commente Patrick Bret. Au programme de 2019, sont prévues des actions en Guinée avec le Sénégal, en Côte d’Ivoire avec le Ghana et peut-être au Togo.

"Logistique de demain"

Enfin, une démarche collaborative, initiée par l’Union portuaire rouennaise (UPR), le Grand Port maritime de Rouen (GPMR) et Rouen Métropole, s’est penchée sur le développement de la fluvialisation des conteneurs entre Rouen et Le Havre. Des appels à projets pour cette "logistique de demain" ont été lancés et pourraient déboucher en 2019 sur de bonnes nouvelles pour le port de Rouen du côté du terminal Rouen Vallée de Seine Logistique (RVSL), en cours d’extension à Grand-Couronne.

Vincent Rogé

Lundi 10 Décembre 2018



Lu 954 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 28 Décembre 2018 - 14:29 OOCL entre sur le marché sud-africain


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy