Rouen : la Covid-19 perturbe peu les relations commerciales avec l'Afrique


La pandémie a beaucoup moins touché le continent africain que redouté et, dans leur majorité, les pays de l’Afrique subsaharienne ont maintenu leur croissance et leur consommation, avec surtout trois locomotives le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Cameroun. Au grand bonheur du port de Rouen, partenaire historique, dont beaucoup d’indicateurs sont au vert pour ces échanges.


© Éric Houri
© Éric Houri
"L’Afrique, continent émergent, résilient, dynamique et jeune a été beaucoup moins touché que d’autres destinations par la pandémie. À l’exception des pays dépendants du pétrole (la prospection est à l’arrêt), de ceux gangrénés par le terrorisme (pays enclavés) où de ceux qui restent pauvres comme la Guinée, les économies ne se sont pas effondrées. La consommation est là. Le port de Rouen demeure le partenaire privilégié de trois pays locomotives : le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Cameroun", pose Patrick Bret, responsable commercial de l’Axe nord-sud au sein d’Haropa-Ports de Paris Seine Normandie. Un exemple ? L’agence Centrimex de Rouen vient de louer un entrepôt supplémentaire sur le terminal RVSL (Rouen Vallée de Seine Logistique) pour y stocker des hôpitaux en pièces détachées destinées à la Côte d’Ivoire. Les chiffres en attestent.

Progression de 1.000 % avec la Côte d'Ivoire

À fin septembre, concernant le port de Rouen, les échanges avec la Côte d’Ivoire ont progressé de plus de 1.000 % pour atteindre 215.500 tonnes, ceux avec le Sénégal de 65 % à 215.000 tonnes et ceux avec le Cameroun de 41 % à 340 000 tonnes.

"Un volume d'exportations de céréales exceptionnel"


Ces statistiques ont été portées par les exportations céréalières de la campagne 2019-2020. À destination de l’Afrique subsaharienne, elles ont dépassé les 1,2 million de tonnes (+ 64 %), soit un niveau jamais atteint depuis la campagne 2006-2007. "La principale destination reste le Cameroun. Mais, grâce à un bon mix qualité/prix nous avons repris pied au Sénégal et en Côte d’Ivoire où nous n’étions plus présents", note Manuel Gaborieau, le "Monsieur céréales" du Grand Port maritime de Rouen (GPMR). À noter en particulier le bon niveau des sorties de malt, par le groupe Soufflet, notamment, vers le Cameroun et le Nigeria qui représentent en moyenne 80.000 tonnes par an et sont en progression régulière.

Les volumes ont résisté

Côté conteneurs, si la plupart sont embarqués au Havre, alimenté depuis Rouen via des unités fluviomaritimes, l’activité rouennaise s’est maintenue, ne perdant que 1,6 point pour les conteneurs pleins, grâce, bien sûr, aux boîtes de groupage pour lesquelles Rouen s’est forgé une spécialité avec 300 EVP la semaine (+ 11 %) grâce au savoir-faire de ses transitaires. À la COA, qui demeure le partenaire privilégié du GPMR, il convient d’ajouter des échanges avec l’Afrique du Sud (réception de charbon, sorties de céréales) pendant que ceux avec l’Afrique de l’Est sont scotchés à la portion congrue.
Concernant les armements, le principal opérateur à Rouen est toujours l’allemand BOCS qui avec ses cinq cargos multi-purpose, les cales souvent chargées de céréales, touchent Rouen environ tous les quinze jours. Il convient d’y ajouter UAL, dont les unités mixtes sont présentes en moyenne une fois par mois et Nile Dutch, dont les gros porteurs ne remontent plus la Seine.
Au total, si l’on prend en considération des réels espoirs en matière d’importation de fruits et légumes et d’exportation de véhicules d’occasion dépalissés par Anvers, l’avenir africain du GPMR semble dégagé. Toutes annulées en 2020 pour cause de pandémies, de nouvelles missions commerciales sont envisagées par Haropa en 2021 si les conditions sanitaires le permettent. Au Cameroun, au Gabon et au Sénégal.

Vincent Rogé

Mardi 15 Décembre 2020



Lu 12 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide

























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal