Rungis continue de fonctionner en mode de crise


Rungis, le premier marché de gros en Europe, continue de fonctionner au sud de Paris pour alimenter les Français en produits frais, mais a dû s'adapter en un temps record au défi sanitaire du coronavirus, explique son président, Stéphane Layani.


À l'intérieur de Rungis, les conditions sanitaires déjà strictes ont été encore renforcées depuis le week-end dernier © Min de Rungis
À l'intérieur de Rungis, les conditions sanitaires déjà strictes ont été encore renforcées depuis le week-end dernier © Min de Rungis
En quelques jours à peine, le marché, qui pèse près de 10 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel, a perdu toute sa clientèle issue de la restauration, celle des cantines, ainsi que son activité de fleurs fraîches, après la fermeture des restaurants, écoles, universités et des commerces non alimentaires.
"Confinés, nous ne consommons pas exactement les mêmes choses que lorsque nous allons à la cantine ou au restaurant", explique Stéphane Layani. D'où un travail "très dur" pour réorganiser les flux de distribution des 1.200 entreprises présentes à Rungis. "On travaille 20 heures sur 24", constate-t-il. Ainsi les coquillages et fruits de mer des mareyeurs, fierté des brasseries parisiennes, ont dû être écoulés par la grande distribution après la fermeture des restaurants. Bovendis, fournisseur de la restauration, a dû trouver d'autres clients pour ses viandes.
Ces changements ont créé des fluctuations inhabituelles sur les prix de gros. Le cours de la pomme de terre s'est envolé lundi 16 mars par crainte de pénurie avant la prochaine récolte, suivi par les aubergines et les courgettes importées d'Espagne, par peur de problèmes d'acheminement. Le poisson a, lui, fortement baissé, après la fermeture des principaux acheteurs des produits de la mer, les restaurants, qui constituent 20 % du chiffre d'affaires de Rungis.

"On essaie de désamorcer tous les problèmes : logistique, acheminement, déstockage"

"Malgré cela, on a assisté à beaucoup de solidarité pour éviter le gaspillage alimentaire", salue Stéphane Layani. Des patrons de la distribution d'ordinaire peu présents à Rungis, dont Thierry Cotillard (Intermarché), "se sont manifestés" pour racheter des stocks qui restaient sur le carreau, invendus. "On n'est plus du tout dans les bisbilles traditionnelles de prix entre producteurs et distributeurs", relève Stéphane Layani. "On est en guerre contre le virus et Rungis prend part au combat, l'ensemble de la chaîne reste uni, même si en ce moment, c'est compliqué", avoue-t-il.
L'alimentation des Français confinés constituant un sujet stratégique, le président de Rungis participe deux fois par jour à une réunion avec les industriels de l'agroalimentaire, les patrons de la distribution, des représentants du ministère de l'Économie, et de celui de l'Agriculture et de l'alimentation. "On essaie de désamorcer tous les problèmes", logistique, acheminement, déstockage, "et il y en a beaucoup", confie-t-il : manque de masques pour certains salariés, manque de salariés dans certaines entreprises...
À l'intérieur de Rungis, les conditions sanitaires déjà strictes ont été encore renforcées depuis le week-end dernier. "Nous avons augmenté les effectifs de nettoyage en matinée, l'utilisation des canons à mousse et du rinçage haute pression, et interdit les visites de toute personne extérieure au marché", détaille Stéphane Layani. Ce qui explique qu'aucune caméra n'ait filmé le marché depuis que le coronavirus s'est propagé. Depuis lundi, un sas sanitaire à l'entrée de chaque pavillon oblige chaque entrant à se laver les mains. Des contraventions pouvant aller jusqu'à 450 euros tomberont sur les récalcitrants.
Autre changement, qui suspend au moins temporairement une vieille tradition du marché de gros : l'aire de vente devant les magasins va être fermée, empêchant toute conclusion de contrat glissée "dans l'oreille" du client. "Les commandes se feront à l'entrée, les livraisons à quai, nous avons créé des césures pour éviter les contacts et la transmission du virus", souligne le président de Rungis.

Isabel Malsang

Mercredi 25 Mars 2020



Lu 822 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 16 Septembre 2020 - 20:34 Rhenus France s'est adapté pendant de confinement


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide

























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal