SITL 2017 : la décarbonation fait consensus auprès des candidats à la présidentielle


Le jour de l'ouverture de l'édition 2017 du salon SITL, les représentants des principaux candidats à l'élection présidentielle ont présenté le point de vue du futur président de la République en matière de transport et de logistique. Des stratégies diverses où le dossier de la décarbonation constitue un consensus.


L'édition 2017 du salon SITL a démarré mardi 14 mars © SITL
L'édition 2017 du salon SITL a démarré mardi 14 mars © SITL
Mardi 14 mars, à la porte de Versailles, jour d'ouverture de l'édition 2017 du salon parisien SITL, les représentants des principaux candidats à l’élection présidentielle sont venus livrer leurs points de vue sur les dossiers transport et logistique.
Ainsi, le sénateur Louis Nègre (de l'équipe Les Républicains), représentant le candidat François Fillon, se veut un adepte de la "décarbonation". Selon lui, "il faut tout faire pour verdir la fiscalité". Il prône "le développement de la part du fret massifié".

L'écotaxe, "une bérézina"

Évoquant le dossier de l'écotaxe au cours du mandat de François Hollande, il le qualifie de "catastrophe, de bérézina". Louis Nègre souligne : "On a reculé. Il a coûté 1 milliard d'euros au contribuable".
Quant au projet du canal Seine-Nord, il souligne : "François Fillon a pris position en sa faveur". Mais il estime que les ports normands ne doivent pas en pâtir. En matière de transport maritime, il dit ne pas comprendre "que les navires passent au large des ports français pour aller décharger en Hollande et en Allemagne".
Il s'est également dit satisfait de l'ouverture à la concurrence du transport ferroviaire en France.
De son côté, le député Arnaud Leroy, représentant Emmanuel Macron pour le mouvement "En Marche !", a souligné son attachement au plan France Logistique 2025. Il s'est dit certain que son application suffirait à refaire progresser la France au classement de la Banque mondiale.

"Le candidat Macron souhaite financer 5 md EUR dans les infrastructures"


L'auteur de la proposition de loi sur l'économie bleue a évoqué le phénomène des "villages fret" allemands et s'est dit favorable au canal Seine-Nord, à la chatière du Havre et à la ligne Serqueux-Gisors. Selon lui, "les ports doivent être avant tout des places de commerce". Il prône "la simplification à outrance". À ses yeux, bien que les ports français soient bien classés, il estime qu'il est plus simple pour un conteneur d'arriver à Paris en provenance d'Anvers que d'être livré en provenance du Havre.
Arnaud Leroy ajoute en outre qu'un port doit être "la porte d'entrée du commerce mondial". Revenant sur le concept des villages fret allemands, il les chiffre au nombre de trente-cinq Outre-Rhin aujourd'hui.
Enfin, il souligne que le candidat Macron souhaite financer 5 milliards d'euros dans les infrastructures et prévoit de relancer le mode ferroviaire.
Laurent Courtois, cheminot et représentant de Jean-Luc Mélenchon, le candidat de "La France insoumise" à l'élection présidentielle, annonce également que la taxe carbone doit être appliquée. "On ajoutera une taxe kilométrique pour les transporteurs routiers", précise-t-il. Il rappelle que Modalhor a été inventé par les Français et regrette que "la SNCF ait arrêté le wagon isolé". Déplorant le report modal dont a bénéficié la route ces dernières années en France, il annonce le souhait du candidat de "revenir vers" cette option.
Selon lui, "les paquets ferroviaires (européens) ont eu un impact sur les cheminots". Il se dit opposé au tunnel Lyon-Turin. Quant aux ports, il regrette que "certaines plateformes logistiques ne soient plus utilisées". Au plan fluvial, il estime que les ouvrages d'art sont aujourd'hui en mauvais état.
Laurent Courtois déclare enfin qu'une réflexion sur la multimodalité est nécessaire.
François De Voyer, le président du club Audace, représentant Marine Le Pen pour le Front national, se dit de son côté favorable à un plan d'investissement en termes d'infrastructures. Il indique que la candidate souhaite la création d'un grand ministère de l’Aménagement du territoire et des Transports et d'un grand ministère de l’Outre-Mer.
À propos du projet de canal Seine-Nord, le représentant du FN indique : "Nous sommes dubitatifs. Il va servir aux Pays-Bas et à l'Europe du Nord". Il évoque à son tour le sujet des travailleurs détachés, estimant qu'il s'agit d'une "concurrence déloyale".
Reste à savoir aujourd'hui quel candidat se sera montré le plus séduisant vis-à-vis des professionnels du transport et de la logistique mardi matin à la porte de Versailles.

Vincent Calabrèse

Mercredi 15 Mars 2017



Lu 934 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 12 Décembre 2017 - 12:18 Biocoop refond son schéma logistique


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse