SNCF : des perturbations pour le fret ferroviaire


À défaut de le bloquer complètement, la grève des cheminots perturbe fortement le fret ferroviaire en France, au grand dam des professions qui en dépendent, notamment les céréaliers et le BTP.


© Lineas
© Lineas
La grève par épisodes, deux jours sur cinq, lancée début avril par les syndicats de la SNCF touche bien sûr les conducteurs des trains de marchandises du groupe public, mais aussi les aiguilleurs, ce qui affecte fortement le trafic de ses concurrents. Un quart des aiguilleurs étaient en grève lundi 23 et mardi 24 avril, selon la direction. "Parfois, une seule personne peut bloquer tout un trafic", déplore Jean-Yves Lhomme, le directeur des affaires publiques de Deutsche Bahn en France. Des trains d'Euro Cargo Rail - la filiale fret de la compagnie allemande, qui a environ 15 % de parts de marché en France - ont ainsi été bloqués à la frontière espagnole, raconte-t-il, car "un aiguilleur était en grève à Hendaye". "On arrive à faire circuler un peu plus de 60 % de nos trains", relève-t-il, sachant que de nombreux clients ont préféré annuler leurs convois - surtout dans l'automobile.
Du côté de Fret SNCF, qui a près de 60 % du marché, la difficulté supplémentaire est d'organiser des trains avec des conducteurs non-grévistes et d'assurer le relais desdits conducteurs quand les convois sont arrêtés en cours de route. Le nombre de conducteurs de train de marchandises grévistes ayant beaucoup baissé, passant de 70 % au début du conflit à environ à 33 % lundi et 39 % mardi, la situation s'est améliorée et 25 à 30 % des trains ont roulé pendant les derniers jours du conflit (contre 15 % début avril). Si l'on ajoute ceux qui circulé pendant les trois jours de reprise du trafic entre deux épisodes de grève, Fret SNCF a pu faire passer la moitié environ de ses trains, calcule son porte-parole, Philippe Moritz.

Ciment à l'arrêt

Ouvert à la concurrence en 2006, le fret ferroviaire ne représente plus que 10 % du transport intérieur de marchandises en France, loin derrière les camions. Il reste néanmoins très utilisé pour acheminer des automobiles, du bois, des céréales, des déchets, des granulats, des produits chimiques, des matières dangereuses, des métaux...
"Il n'y a aucun secteur qui est réellement épargné" par la grève des cheminots, déplore Christian Rose, directeur des relations adhérents et institutionnels pour l'Association des utilisateurs de transport de fret (AUTF). "Les chargeurs qui arrivent à trouver des camions n'en trouvent pas suffisamment pour répondre à 100 % de leurs besoins", indique-t-il, ajoutant que, "grosso modo, les trafics qui ne sont pas faits en ferroviaire peuvent être faits par le routier à hauteur de 50 %". "En gros, il y a de 25 à 30 % des flux qui restent à quai", résume Christian Rose. "On commence à avoir quelques arrêts de lignes de production, dans le secteur du ciment notamment", constate-t-il, tandis que des ruptures de stocks sont à attendre dès cette semaine pour les granulats et les matériaux de construction. "D'autres secteurs me disent pouvoir tenir encore quinze jours, trois semaines. Après cela, il y aura des arrêts d'usines, ou en tous cas des arrêts de lignes de production".
La grève était attendue et de nombreuses entreprises avaient pris leurs précautions. C'est surtout la longueur annoncée des perturbations qui inquiète. Les céréaliers, en particulier, sont fort préoccupés. Ils doivent d'urgence faire de la place dans leurs silos avant la prochaine récolte, et commencent à s'alarmer des surcoûts. "Depuis le début du mois d'avril, nous n'avons pu réaliser que deux trains sur cinq", témoigne l'entreprise de négoce Soufflet. "Nous ne pouvons pas compenser les trains annulés par un transport fluvial en péniche ou par camion, en raison des profonds dysfonctionnements des écluses sur l'axe Seine-amont et de la saturation du transport routier", ajoute-t-elle.
Pour faire face à la pagaille provoquée par les arrêts de travail des aiguilleurs, SNCF Réseau a annoncé mardi 24 avril la mise sur pied d'un "guichet unique" composé de spécialistes mobilisés 24 heures sur 24. Il aura pour mission d'"utiliser au maximum les capacités disponibles" pour trouver des créneaux de circulation et écouler les flux autant que possible.

"Sabotage" d'un train de fret belge

La SNCF a annoncé avoir porté plainte mardi 24 avril après le "sabotage" d'un train de fret belge dans l'Aisne, constaté tôt dans la matinée après l'éclatement de pétards sur la voie, dans un contexte de tension en pleine grève des cheminots. Un train de marchandises de la compagnie belge Lineas a été contraint de s'arrêter entre Tergnier et Chauny (Aisne) à 5 h 28, "suite à l'éclatement de pétards posés intentionnellement sur la voie", a indiqué la SNCF. Le train ayant eu du mal à s'arrêter, les deux agents présents à bord ont inspecté le convoi. Ils ont constaté "le sectionnement de sept conduites de frein" entre les wagons, a-t-elle décrit. Le train a pu repartir après 3 h 30, une fois les conduites de frein réparées, a précisé le groupe, ajoutant que deux trains de voyageurs à destination de Paris Nord ont eu en conséquence deux heures de retard. "Au total, onze trains ont été retardés par cet événement". "Cet acte de sabotage est grave, car non seulement il abîme l'outil de travail mais surtout, en sectionnant des conduites de frein, il porte atteinte volontairement au principe de sécurité", a déclaré le directeur général adjoint du groupe SNCF, Mathias Vicherat. "SNCF Réseau a décidé de porter plainte contre X et condamne avec la plus grande fermeté l'action de certains qui sortent volontairement de la légalité pour nuire aux voyageurs et abîmer les trains qui circulent sur le réseau ferroviaire national", a-t-il ajouté. La plainte a été déposée en fin de matinée au commissariat de Saint-Quentin (Aisne), a précisé la direction du groupe. Lineas va également porter plainte contre X, selon la SNCF, qui note que "l'enquête déterminera les circonstances exactes de cet événement".

Jean Liou

Jeudi 26 Avril 2018



Lu 654 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy