STX France : Paris et Rome d'accord pour surmonter leurs divergences


L'Italie et la France ont convenu de trouver une issue positive à la crise née entre les deux pays après la nationalisation du chantier naval STX France, pourtant promis à l'italien Fincantieri.


La nationalisation de STX a suscité de vives réactions © STX
La nationalisation de STX a suscité de vives réactions © STX
"Les gouvernements italien et français expriment leur volonté commune de surmonter leurs divergences concernant l'équilibre de la structure du capital de STX", indique le texte d'une déclaration commune, rendue publique après une rencontre à Rome entre le ministre italien des Finances, Pier Carlo Padoan, et son homologue français, Bruno Le Maire. Les deux gouvernements se sont donné jusqu'au 27 septembre, date d'un sommet entre le président français, Emmanuel Macron, et le chef du gouvernement italien, Paolo Gentiloni, pour tenter de trouver une solution "réciproquement acceptable", selon cette déclaration.
Pier Carlo Padoan et Bruno Le Maire se sont rencontrés pour tenter de trouver une issue à la crise née entre les deux pays après la nationalisation "temporaire" de STX France, chantier naval basé à Saint-Nazaire pourtant promis à l'italien Fincantieri sous la présidence de François Hollande. Le nouveau président français a toutefois décidé de rouvrir le dossier et de réviser le pacte d'actionnaires, en proposant à l'Italie un accord 50-50, ce qu'elle refuse, réclamant la majorité absolue du capital du chantier français.

Fincantieri, une option privilégiée

Pier Carlo Padoan avait rappelé cette exigence mardi 1er août en fin de matinée. "Fincantieri doit avoir au minimum plus de 50 %, vu que les Coréens avaient les deux tiers" du capital de STX France, a ainsi affirmé le ministre italien. Et de fait, la rencontre mardi n'a pas permis de trouver un accord sur ce point crucial. La France s'est toutefois engagée à ne pas rechercher d'autres actionnaires d'ici le 27 septembre et à considérer Fincantieri comme "son option privilégiée" pour l'avenir de STX France, selon cette déclaration.
"Nous avons constaté qu'il reste encore des divergences qui n'ont pas été éliminées", a déclaré Pier Carlo Padoan, à l'issue de la rencontre. "Nous avons des difficultés et des opinions différentes sur STX, mais nous trouverons une solution adéquate", a renchéri Bruno Le Maire. Ce dernier s'est dit prêt à revenir à Rome dès septembre, avant le sommet franco-italien le 27, pour tenter d'aplanir ces divergences, et avancer sur le dossier de la coopération dans le domaine naval entre les deux pays.

"Le premier groupe industriel naval mondial entre la France et l'Italie"


"J'ai bon espoir que, dans les semaines qui viennent, nous trouverons non seulement une solution sur STX mais surtout que nous arriverons à lancer les bases de cette coopération navale", a-t-il affirmé. "La France et l'Italie expriment leur souhait de faciliter la création d'une industrie navale européenne plus efficace et compétitive", indique ainsi la déclaration commune.
L'idée est de "bâtir l'équivalent de ce que nous avons su faire dans le domaine de l'aéronautique avec Airbus", a expliqué le ministre français. "Nous avons la possibilité dans les années qui viennent de construire le premier groupe industriel naval mondial entre la France et l'Italie", a-t-il encore affirmé.
Encore faut-il, que la "confiance revienne" entre les deux pays, a souligné le ministre italien du Développement économique, Carlo Calenda, qui a participé à la rencontre. Et pour ce faire, a-t-il ajouté, il est nécessaire de trouver un accord sur STX "qui respecte dans la substance les accords déjà conclus avec le gouvernement français". L'accord conclu par l'ancien gouvernement prévoyait de confier 48 % du capital de STX France à Fincantieri et quelque 6 % à une fondation basée à Trieste, où est également installé le groupe italien.
La nationalisation de STX a suscité de vives réactions dans la classe politique et les médias italiens, au moment où nombre de sociétés françaises sont engagées dans la péninsule.

Olivier Baube

Mercredi 2 Août 2017



Lu 890 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse