STX : Rome juge "extravagant" que Fincantieri ne puisse être majoritaire


Le gouvernement italien juge "extravagant" le fait que le constructeur naval italien Fincantieri ne puisse acquérir la majorité du constructeur français STX.


Fincantieri se contenterait d'une majorité relative dans STX, de l'ordre de 45 à 49 % © Mairie de Saint-Nazaire
Fincantieri se contenterait d'une majorité relative dans STX, de l'ordre de 45 à 49 % © Mairie de Saint-Nazaire
Rome a jugé "extravagant" mercredi 8 mars que Fincantieri ne puisse être majoritaire dans STX. "Ce qui est pour nous indispensable est la possibilité d'investir sans préjugés sur notre nationalité", a affirmé le ministre du Développement économique, Carlo Calenda. "Dans ce cas spécifique, justement parce que la majorité appartient à une société coréenne, il serait un peu extravagant que l'Italie ne puisse avoir la majorité de l'actionnariat pour lui permettre une gestion intégrée", a-t-il dit. En outre, a-t-il souligné, de cette opération, "sortirait un champion européen".
Le 16 février, un haut responsable du ministère de l'Économie, Fabrizio Pagani, avait déjà dénoncé au quotidien "La Repubblica" le comportement de Paris.

"De cette opération, sortirait un champion européen"


"L'attitude du gouvernement français qui tente de convaincre Fincantieri de prendre moins de 50 % des actions est inacceptable parce qu'il doit y avoir en Europe la confiance réciproque et parce que les raisons invoquées ne semblent pas convaincantes", avait ainsi déclaré Fabrizio Pagani, chef du secrétariat technique du ministre de l'Économie. "Les entreprises françaises ont fait d'importants investissements en Italie", avait-il rappelé, ajoutant : "les nôtres doivent avoir la même possibilité".
Dans une interview publiée lundi 6 mars par plusieurs journaux européens, dont "La Stampa", le président français, François Hollande, a expliqué que la France ne s'opposait pas à l'entrée de Fincantieri dans STX, mais seulement au fait qu'il soit majoritaire. Il a affirmé qu'il ne s'agissait "pas d'une mesure agressive ou défensive vis-à-vis de l'Italie", en précisant que, si d'autres entreprises voulaient participer à l'opération, Paris était prêt à étudier une telle solution.

Compromis en vue

Mardi 7 mars, "Le Monde" et "La Stampa" estimaient qu'un compromis était en vue. Selon celui-ci, Fincantieri se contenterait d'une majorité relative, de l'ordre de 45 à 49 %. Quelque 10 % seraient confiés à d'autres actionnaires, italiens selon "Le Monde" pour permettre à l'Italie d'avoir le contrôle du groupe, tandis que "La Stampa" évoquait le croisiériste MSC, basé en Suisse, ou un fonds ou des entreprises italiennes. Le reste du capital serait détenu par l'État français (33 %) et le groupe public français DCNS (un peu plus de 10 %).
Fincantieri, basé à Trieste, est le seul candidat à avoir déposé une offre pour reprendre STX Saint-Nazaire, la filiale florissante du groupe sud-coréen STX Offshore and Shipbuilding, qui accumule pour sa part les difficultés financières. Les syndicats de STX à Saint-Nazaire redoutent des conséquences pour l'emploi. Ils craignent également une fuite de savoir-faire vers la Chine, alors que Fincantieri a créé une coentreprise dans ce pays pour y construire des navires de croisière destinés au marché local.

AFP

Jeudi 9 Mars 2017



Lu 1978 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy