Safran profite de la reprise mais peine à s'approvisionner


Le motoriste et équipementier aéronautique français Safran a connu une activité "solide" au premier semestre, reflétant la reprise du trafic et du secteur aériens, mais affronte des difficultés de remontée en cadence en raison de fournisseurs fragilisés par la pandémie.


© Safran
© Safran
La reprise du trafic passagers a profité à Safran au premier trimestre. Le chiffre d'affaires ajusté du motoriste et équipementier aéronautique a bondi de 24,5 %, à 8,56 milliards d'euros sur les six premiers mois de l'année. Il s'agit de "solides résultats" qui "montrent que la reprise du trafic aérien est bien ancrée et s'intensifie de jour en jour", à l'exception de la Chine, a estimé le directeur général de Safran, Olivier Andriès.

Le groupe a vu son bénéfice net ajusté doubler par rapport aux six premiers mois de 2021, à 536 millions d'euros. Mais en données publiées, Safran enregistre une perte nette de 3,8  milliards d'euros en raison d'une charge de 5,6 milliards d'euros liée à la nécessité de déprécier dans ses comptes la valeur de son portefeuille de dérivés de change.

Comme tous les groupes, Safran se couvre sur les risques de change en achetant pour les années futures des devises à des taux contractualisés à l'avance. Ces contrats de couverture de change se sont faits à un taux devenu trop cher par rapport à la chute spectaculaire de l'euro au cours du semestre face au dollar. "Il s'agit d'une écriture purement comptable, sans impact sur la trésorerie, puisque les couvertures sont destinées à être exercées avec les futurs encaissements en dollars", explique Safran.

Le motoriste tire une partie de ses revenus de produits et de services facturés en dollars, notamment pour les services pour moteurs civils, qui représentent à eux seuls près du tiers des revenus de Safran. Cette activité de services a bondi de 47 % au premier semestre, reflétant la reprise du trafic aérien mondial : les avions volant plus, les compagnies ont davantage besoin de pièces de rechange et d'opérations d'entretien.

Toutes les activités du groupe (propulsion, équipements et défense, intérieurs d'avions - cabines, sièges et divertissements à bord) sont en progression. Mais Safran peine à suivre les remontées en cadence voulues par Airbus et Boeing afin de répondre à l'augmentation du trafic aérien et aux besoins des compagnies aériennes d'appareils plus économes en carburant et donc émettant moins de CO2.

"Difficultés sur la supply chain"

Les deux avionneurs se sont ainsi retrouvés à ne pas pouvoir livrer des avions produits, faute de moteurs. Airbus avait 26 de ces avions sans moteurs, appelés "gliders" (planeurs), fin juin sur son tarmac, et a revu à la baisse le nombre d'avions qu'il comptait livrer cette année. Boeing a de son côté indiqué qu'il cherchait à "stabiliser" sa chaîne d'approvisionnement avant d'engager une augmentation de sa production.

CFM, la coentreprise réunissant Safran et l'américain GE, équipe de ses moteurs Leap la totalité des Boeing 737 Max et environ 60 % des Airbus A320. Ce marché des monocouloirs bénéfice d'un fort rebond commercial après la pandémie, tandis que "le marché des long-courriers est resté morose", selon Safran.

"Avec notre partenaire GE, on est en retard, c'est indéniable, on a des difficultés sur la supply chain et notamment beaucoup sur la supply chain américaine, c'est là que les problèmes sont les plus aigus", a estimé Olivier Andriès. La chaîne de fournisseurs a, selon lui, été "très fragilisée par la crise Covid et notamment aux États-Unis où les acteurs ont perdu énormément de ressources, ont restructuré massivement, et aujourd'hui ont du mal à recruter".

À cela s'ajoutent des tensions d'approvisionnement sur certaines matières premières, sur les composants électroniques et "tout ceci a été exacerbé par la guerre en Ukraine et par les confinements massifs qui ont eu lieu en Chine", a détaillé le dirigeant.
Les problèmes de fournisseurs "vont malheureusement durer et se prolonger jusqu'en 2023, voire jusqu'à la fin de l'année 2023", a-t-il prédit même si "on a atteint le creux". CFM a produit 465 Leap entre janvier et juin, davantage au premier trimestre (239) qu'au deuxième (226) et table toujours sur 2.000 moteurs produits en 2023.

Mathieu Rabechault

Jeudi 28 Juillet 2022



Lu 1052 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal