Saône-Rhin Europe : un bilan contrasté


L’assemblée générale de l’association de promotion du grand gabarit entre Saône et Rhin s’est réjouie de certaines avancées pour les projets fluviaux en France, mais pas dans son fief où les élus brillent par leur silence.


© Reichen & Robert associés
© Reichen & Robert associés
Les années se suivent et se ressemblent pour les membres de Saône-Rhin Europe. Les plutôt bonnes nouvelles pour le développement du fret fluvial à l’échelle française contrastent avec le maintien au point mort du projet que l’association basée à Besançon (Doubs) défend en priorité : la mise au gabarit de la liaison entre la Saône et le Rhin.

Pour une inscription au RTE-T

La récente assemblée générale 2021 a confirmé qu’il reste un gros effort de pédagogie à entreprendre vis-à-vis du monde politique local pour attirer son attention sur les enjeux de la voie d’eau. Comme pour les municipales en 2020, l’association a pris sa plume cette année pour interroger et interpeller les candidats aux élections régionales et départementales de Bourgogne-Franche-Comté.

Et comme l’an dernier, ceux-ci ne se sont pas bousculés au portillon : une réponse d’intérêt de principe de la liste RN, un entretien avec la tête de liste LR, et c’est tout. Silence radio notamment du côté de la présidente réélue, la socialiste Marie-Guite Dufay. "L’impression d’indifférence que nous retirons de l’initiative est assez édifiante", commente Pascal Viret, président de Saône-Rhin-Europe.

C’est au niveau national que l’association va monter au créneau dans les prochains mois. L’enjeu : faire confirmer par la France l’inscription de la liaison Saône-Rhin-Saône-Moselle, reconnue par le Grenelle de l’environnement, dans le programme européen d’infrastructures de transport RTE-T à l’occasion de sa révision en 2023. L’objectif consiste à en programmer la réalisation d’ici à 2040.

"Ce serait toujours mieux que l’horizon 2050 dont ne démord pas le Conseil d’orientation des infrastructures. L’intérêt européen du projet saute aux yeux. Certes, la campagne présidentielle va interférer, mais nous devons continuer à agir, on ne peut pas perdre des mois par rapport au calendrier européen", souligne Pascal Viret.

Enjeux au-delà de Paris

Cette démarche se mène en coopération avec l’association "sœur" le Consortium des voies navigables et multimodales basé en Alsace, illustration des actions communes et échanges entre structures de défense du fret, "pour faire valoir un point de vue pas seulement parisien", insiste Pascal Viret. Celui-ci pointe par exemple les risques de révision à la baisse des gabarits autorisés sur le canal du Rhône à Sète comme l’un des enjeux étiquetés régionaux à ne pas faire disparaître par l’effet d’un prisme trop centralisateur.

Dans les bassins autour de Paris en effet, les évolutions ont été plutôt positives cette année, a relevé l’AG de Saône-Rhin-Europe : lancement du chantier de Seine-Nord, recalibrage de la Lys et de la Deûle dans le Nord, passage à l’enquête publique avec avis favorables des projets Mageo (Mise au gabarit européen de l’Oise) et de liaison à grand gabarit Nogent-sur-Seine-Bray-sur-Seine.

Mais l’effort global demeure insuffisant. "Les 300 millions d’euros de budget d’investissement de VNF correspondent aux besoins annuels évalués par l’audit Mensia pour l’entretien et la reconstitution de l’état de nos voies navigables. Il faudrait 500 millions d’euros, par rajout de crédits de modernisation et d’infrastructures nouvelles, pour mener une politique fluviale ambitieuse", a déclaré Pascal Viret dans son rapport moral. Là encore, cette phrase n’a pas eu lieu de varier par rapport à 2020.

Mathieu Noyer

Vendredi 12 Novembre 2021



Lu 1090 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal