SeaFrance : la décision reportée une troisième fois


La décision du tribunal de commerce de Paris sur l'attribution des actifs de l'ancienne compagnie SeaFrance à un candidat à la reprise a été reportée lundi 4 juin une troisième fois et devrait être connue le 11 juin.


SeaFrance : la décision reportée une troisième fois
La décision concernant SeaFrance a été reportée une troisième fois, au 11 juin, a indiqué une source proche du dossier, selon laquelle le juge-commissaire aurait déjà fait son choix. Le tribunal de commerce de Paris devait décider lundi 4 juin qui du groupe Eurotunnel, du consortium Louis-Dreyfus/DFDS ou du groupe suédois Stena Line pouvait reprendre les trois navires de la compagnie transmanche SeaFrance, liquidée le 9 janvier. Des trois offres déposées le 10 mai, celle d'Eurotunnel, qui prévoit de créer à terme 560 emplois par l'intermédiaire d'une association avec la coopérative ouvrière (Scop) issue des ex-salariés de SeaFrance, était la plus importante.

Report au 11 juin

"Plus personne n'est raisonnable. On va droit aux enchères et à la catastrophe, tout ça parce que la SNCF (maison mère de SeaFrance) ne veut pas abandonner 18 millions d'euros de créances et alors qu'elle a conduit à la déconfiture de SeaFrance", a déclaré l'avocat des ex-salariés, Me Philippe Brun, excédé par cet énième report qu'il juge "inadmissible". "Si c'est reporté au 11 juin, le juge-commissaire peut décider que les offres ne sont pas suffisantes et mettre les navires aux enchères", a-t-il poursuivi. "Qui décide dans ce pays ? Est-ce Guillaume Pepy (patron de la SNCF) ou le ministre des Transports ?", a-t-il lancé, demandant au "gouvernement de prendre ses responsabilités". "Il y a un intérêt général à faire respecter, qui n'est pas seulement celui d'Eurotunnel, celui de la Scop, celui des travailleurs avec la création de 560 emplois, mais aussi de toutes les entreprises mises en difficulté par la déconfiture" de SeaFrance, a ajouté Me Brun. "On pouvait faire de SeaFrance le premier dossier réussi du redressement productif, mais la SNCF pose son diktat", a regretté l'avocat des ex-salariés.

"Il y a un intérêt général à faire respecter"


"Là, ils sont en train de jouer avec les nerfs des gens. Ça fait des mois et des mois que ça dure et là c'est trop, on est écœuré", a témoigné Michaël Robache, ancien personnel navigant de SeaFrance. "C'est une décision qui paraît simple et évidente, qu'on reporte tout le temps. L'espoir, il y en a toujours tant qu'il n'y a pas de décision finale. On ne sait même plus si on doit avoir joie ou dégoût. Là on n'a aucun avenir", estime l'ex-SeaFrance. Avant sa liquidation le 9 janvier, SeaFrance employait 880 personnes en France et 130 au Royaume-Uni. La compagnie exploitait quatre navires entre Calais et Douvres, dont trois - le "Berlioz", le "Rodin" et le "Nord-Pas-de-Calais" - lui appartenaient. Ces navires ont été estimés à une valeur totale comprise entre 150 et 200 millions d'euros.

AFP

Mardi 5 Juin 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy