Shipping : une croissance ralentie, un avenir incertain


En 2015, le transport maritime est repassé au-dessus des 10 milliards de tonnes, en hausse de 2,1 %. Cette évolution cache cependant un ralentissement de la croissance du mode depuis 2009 et un avenir incertain, selon le rapport annuel des Nations unies.


© Maersk
© Maersk
Plus de 80 % des marchandises mondiales en volume sont transportées par mer. Si cette proportion est stable, le transport maritime tourne au ralenti  "en raison de l’atonie du commerce mondial", d'après les Nations unies dans leur rapport 2016 consacré au shipping. Des différences sont toutefois constatées selon ses segments. Ainsi le transport de pétrole enregistre son meilleur résultat depuis 2008 porté par "la faiblesse des cours, l’abondance de l’offre et la stabilité de la demande".

Mukhisa Kituyi, secrétaire général des Nations unies © Cnuced
Mukhisa Kituyi, secrétaire général des Nations unies © Cnuced
La croissance globale a été freinée en revanche par "la faible augmentation des vracs secs", en particulier du charbon et des minerais, et "les mauvais résultats des conteneurs", privilégiés par 95 % des produits manufacturés. Dans le même temps, le rapport relève une progression des capacités de l’ordre de 3,5 % "faisant tomber les taux de fret à des niveaux historiquement bas". À court terme, "les perspectives restent incertaines et risquent de se dégrader. La baisse de la demande chinoise, la faiblesse des prix des produits de base, l’offre de transport excédentaire et les incertitudes géopolitiques dans certains pays producteurs de pétrole et de gaz sont autant de facteurs qui concourent aux risques de contraction des transports maritimes".
 
Une course à la taille funeste

Pour Mukhisa Kituyi, secrétaire général des Nations unies, ces facteurs sont amplifiés par une offre de plus en plus inadaptée. "La tendance à construire des navires toujours plus grands est la cause fondamentale des problèmes du secteur". Justifiée par les armements pour réduire leurs coûts, cette tendance a pour conséquence "d’augmenter les frais de transport dans les pays en développement", déjà plus élevés qu’ailleurs. Le rapport pointe leur l’inflation dans ces pays confrontés "à un marché de la ligne régulière oligopolistique", et de plus en plus concentré sur certains axes. "La part des pays développés en volume représente 60 et 62 % des marchandises déchargées, contre 41 % en 2006".

"Une offre de plus en plus inadaptée par rapport à la demande"


À l’exception de quelques pays d’Asie dont la Chine, "la plupart des pays en développement ne possèdent pas les infrastructures portuaires pour accueillir de très grands navires". Sauf à investir lourdement, ils risquent donc de subir une réduction du nombre d’escales avec pour conséquences d’abaisser la concurrence et d’augmenter les coûts de transport. Selon Shamika N. Sirimanne, directrice de la division Technologie et Logistique des Nations unies, "les retards enregistrés par les ports africains alourdiraient de 10 % le coût des biens importés, voire plus dans le cas des exportations".

Motifs d’espoir

Face à ces difficultés et évolutions, quelques facteurs sont susceptibles de changer la donne à moyen terme. Avec la hausse de la démographie, le rapport cite "les débouchés économiques et commerciaux" nés avec l’élargissement du canal de Panama et du canal de Suez, les nouvelles règles environnementales pouvant avoir un impact régulateur sur l’offre et l’effet des programmes de formation portuaire dans les pays en voie de développement.

Érick Demangeon

Lundi 5 Décembre 2016



Lu 960 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy