Suspendue aux décisions des États, la croisière change ses fondamentaux


Fini les embarquements à la file, les buffets, et la cohue autour de la piscine, les armateurs veulent rassurer avec des règles adaptées à la pandémie.


Le "Diamond Princess" © DR
Le "Diamond Princess" © DR
Malgré la pandémie qui a plombé son image et suspendu toute activité, le secteur de la croisière s'estime touché mais pas coulé et veut reconquérir sa clientèle avec de nouvelles normes sanitaires. Pour l'année 2020, le secteur tablait sur 32 millions de passagers dans le monde. Un objectif rendu évidemment caduc par l'épidémie de Covid-19 qui laisse sur le flanc une industrie générant plus d'1,1 million d'emplois directs et indirects, en incluant notamment la construction navale.

"le Diamond Princess, bateau de pestiférés du 21e siècle"

Après une crise sanitaire d'une telle ampleur, "aucune activité dans le tourisme ne peut reprendre à l'identique, la croisière n'y fait pas exception", résume Erminio Eschena, président de Clia France, l'association regroupant les principaux armateurs. Surtout que l'image même de la croisière a été dévastée : "il y a notamment eu ce "navire de l'angoisse" qu'a été le Diamond Princess, une espèce de bateau de pestiférés version 21e siècle", souligne Paul Tourret, directeur de l'Institut supérieur d'économie maritime (Isemar).
Avec près de 4.000 personnes à bord, le Diamond Princess est resté en quarantaine tout le mois de février au large du Japon, le nombre de cas de coronavirus culminant à 700 pour une dizaine de morts confirmées. Les images d'autres navires "contaminés" - Zaandam, Coral Princess, Costa Magica - ont également fait le tour du monde. À présent, le principal défi des compagnies, à l'arrêt total au moins jusqu'à début août, est de redonner l'envie de monter à bord.
"Il faut beaucoup travailler pour transmettre un sentiment de sécurité, en développant des innovations en termes de produits et services : la demande pour les croisières dépendra de ce qui sera mis en place", souligne Giuliano Noci, professeur de stratégie à l'école de commerce de Polytechnique à Milan. Un protocole sanitaire sera bouclé d'ici fin juin. "Toutes les options sont à l'étude pour prendre en compte la distanciation sociale : envisager un taux d'occupation inférieur à 100 % à bord, une refonte des flux d'accès et de circulation, l'arrêt des buffets au profit de la restauration à table", détaille Clia.

Chinois tracés

Mais la reprise dépend aussi d'autres secteurs : sans trafic aérien, impossible d'acheminer les clients sur le lieu de départ de leur périple ; avec des frontières fermées ou des quarantaines, pas d'escales à terre. Certains pays ont également proscrit les croisières pour une longue période, comme les Seychelles jusqu'en 2021. "Nous adopterons une approche progressive en fonction de la situation de chaque pays. Une première phase pourra éventuellement privilégier des itinéraires nationaux, avant un élargissement aux pays voisins", indique Costa. La Chine, deuxième marché derrière l'Amérique du nord, devrait être la première à repartir en croisière : "les Chinois sont tracés constamment, ce qui réduit significativement la probabilité de contamination", selon Giuliano Noci.
Pour Paul Tourret, l'optimisme reste de mise : "Les grandes compagnies s'attendent à une année difficile, mais considèrent que c'est juste une mauvaise passe".

AFP

Mardi 9 Juin 2020



Lu 635 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide



























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy