Tanger Med, dix ans et déjà majeur


Tout juste une décennie après sa mise en service, Tanger Med s'est déjà fait une place dans les cinq premiers ports à conteneurs méditerranéens. Le port marocain travaille désormais sur l'extension qui doit le faire entrer dans le gotha mondial.


Le port de Tanger Med a manutentionné en 2016 plus de 3 millions d'EVP et de 300.000 véhicules neufs © Franck André
Le port de Tanger Med a manutentionné en 2016 plus de 3 millions d'EVP et de 300.000 véhicules neufs © Franck André
De zéro à plus de 3 millions d'EVP et quelque 50 millions de tonnes de marchandises, tous trafics confondus. En dix ans, le port de Tanger Med a réussi son pari de devenir une place forte du commerce maritime méditerranéen.
Certes, la "concrétisation d'une vision royale" annoncée par Mohamed VI en juillet 2002 reposait sur la situation idéale de Tanger sur le détroit de Gibraltar, où transitent 100.000 navires chaque année et 20 % du commerce mondial, au point de rencontre de l'Atlantique et de la Méditerranée et à une quinzaine de kilomètres à peine de l'Europe. Mais elle a nécessité la création ex-nihilo et en un temps record d'un port en eaux profondes, la construction notamment de 9 km de digues, 60 km d'autoroutes, 45 km de voies ferrées avec leurs ouvrages d'art et l'aménagement des différentes zones d'activité, les objectifs ayant été rehaussés en cours de route.

Pas qu'un port de transbordement

Car le projet de départ, qui cantonnait Tanger Med à une activité de hub, a finalement évolué vers un dessein plus ambitieux, dont la pierre angulaire a été la création de six zones franches, entre l'aéroport de Tanger, Tétouan et le nouveau port.
Ces zones de droits de douane nuls d'exonérations fiscales ont pu attirer près de 750 sociétés industrielles étrangères qui produisent au Maroc et exportent leurs produits finis ou semi-finis vers l'Europe toute proche, offrant des emplois qualifiés aux Marocains tout en soutenant le trafic maritime.

"La seconde phase va faire entrer le port dans une nouvelle dimension dès 2019"


Les importantes activités ro-ro (263.233 remorques en 2016) et passagers (2,76 millions) ont progressivement quitté le port historique pour le nouveau site à partir de 2010. Des capacités pour les hydrocarbures ont été aménagées et Tanger Med se considère aujourd'hui comme un véritable port de marché, le premier du Maroc pour les exportations. Sur les 44,6 millions de tonnes enregistrées en 2016 (dont 5,97 millions d'hydrocarbures), 30 % ont ainsi servi directement l'économie nationale.
"Si le port s'était contenté du transbordement, il n'aurait pas généré plus de 2.000 emplois", estime Rachid Houari, directeur de Tanger Med 1. Aujourd'hui, TMSA (Tanger Med Special Agency), la société étatique qui gère le port et ses zones franches, revendique 65.000 emplois liés aux activités économiques de sa juridiction.

Les terminaux déjà saturés

Grâce à l'implication des armateurs, les deux terminaux à conteneurs de la première tranche (Tanger Med 1) ont rapidement décollé. Les TC1 et TC2 sont arrivés à saturation en 2014, six ans seulement après leur mise en service, et dépassent désormais leur capacité nominale de 1,3 million d'EVP chacun.
Ces quais qui cumulent 1.600 mètres linéaires ont été concédés pour trente ans à AP Møller Terminals Tanger et Eurogate Tanger. Le premier, codétenu par le marocain Akwa, exploite son terminal au profit de Maersk Line et de ses partenaires alors que le second – filiale entre autres des manutentionnaires Contship Italia et China Merchant Holding et des armateurs CMA CGM et MSC – est multi-usagers.
Les terminaux à conteneurs "ouverts 24 heures sur 24 tous les jours de l'année" sont équipés de 16 portiques super post-panamax qui affichent une cadence de "35 mouvements par heure et par engin, pour une moyenne de 23 en Europe", selon Rachid Houari.

Les deux terminaux à conteneurs de Tanger Med tournent à plein régime depuis 2014 © Franck André
Les deux terminaux à conteneurs de Tanger Med tournent à plein régime depuis 2014 © Franck André
Plus de 90 % du trafic conteneurisé de Tanger Med reste aujourd'hui consacré au transbordement. Pourtant, APMT, tout comme TMSA, balaie l'idée d'une concurrence faite aux ports espagnols spécialistes. "Algésiras a gagné 1,5 million d'EVP tandis que nous passions de 0 à 3 millions. Le marché a grandi, nous n'avons rien volé à personne, plaide Hartmut Goeritz, le directeur général d'APMT Tanger. De plus, le groupe ne veut rien enlever à ses terminaux d'Algésiras, Valence, Barcelone, Tarragone et Gijón". Près de la moitié des transbordements de Tanger Med (40 %) est réalisée depuis et vers les ports du continent africain, c'est ce qui fait la spécificité des terminaux tangérois.
Doté de la première zone franche industrielle en Afrique et de la première usine de véhicules du continent (Renault Tanger et ses 400.000 unités par an), Tanger Med surfe sur la vague du succès.
La seconde phase du projet va faire entrer le port dans une nouvelle dimension dès 2019. Presque deux fois plus grande que la première avec ses 5,5 millions d'EVP de capacité et ses 2.800 mètres de quai, l'extension offrira au port la possibilité de manutentionner près de 9 millions de boîtes, ce qui lui fait ambitionner d'intégrer à terme le top 20 mondial.
Après d'âpres discussions, APMT a remporté l'an dernier la concession de l'immense futur TC4 (4,2 millions d'EVP de capacité) jusqu'en 2049. Le TC3 (1,3 million d'EVP) a, lui, été attribué à Marsa Maroc.
Tanger Med 2 va engager 2 milliards d'euros d'investissements, privés pour moitié. Le lancement de la période de tests est prévu pour fin 2018 pour une mise en service annoncée pour dans un an et demi. De quoi occuper les dix années à venir pour Tanger Med.
 

Morocco Express : une alternative sérieuse à la route ?

Le 21 octobre, CMA CGM a lancé Morocco Express, la ligne ro-ro tant attendue entre Tanger Med et Marseille, mais aussi Gênes, Casablanca et Port-Vendres sous forme de deux lignes hebdomadaires plus une saisonnière. Des liaisons présentées comme une alternative sérieuse au tout-route. Rachid Houari, directeur de Tanger Med 1, est moins catégorique sur la question. "Tanger Med, c'est déjà 20 rotations par jour entre Tanger et Algésiras, jusqu'à 40 en été. La liaison ro-ro avec Marseille ne pourra jamais rivaliser. Les camions sont faits pour rouler, les transporteurs routiers préfèrent passer le moins de temps possible en mer".
Pour autant, il admet que "Morocco Express est une ligne stratégique pour le Maroc, qui nous donne un plan B en cas de différend avec l'Espagne, comme c'est déjà arrivé par le passé. Elle présente un vrai intérêt pour les remorques non accompagnées".
Un mois après le lancement de la ligne, un autre responsable du port tangérois évoque une trentaine de remorques par trajet vers l'Europe, dont seulement "5 à 6 pour Marseille"

Franck André

Jeudi 30 Novembre 2017



Lu 1036 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse