Technip tire son épingle du jeu dans un marché de l'or noir toujours difficile


Technip a relevé ses perspectives pour 2016 grâce à une bonne performance opérationnelle et des réductions de coûts qui lui ont aussi permis de publier des résultats meilleurs qu'attendu au troisième trimestre malgré un marché pétrolier toujours difficile, faisant grimper son cours en Bourse.


Le bénéfice de Technip progresse de 12,4 % au troisième trimestre © Technip
Le bénéfice de Technip progresse de 12,4 % au troisième trimestre © Technip
Jeudi 27 octobre vers 9 h 55, l'action Technip prenait 4,8 % à 62,03 euros à la Bourse de Paris, dans un marché stable. "Technip bat les attentes au troisième trimestre, ce qui n'est d'ailleurs pas la première fois cette année", a commenté le courtier Aurel BGC. Au troisième trimestre, son bénéfice net a progressé de 12,4 % à 184,3 millions d'euros sur un an, soutenu notamment par un programme de réduction des coûts de plus d'un milliard d'euros en 2017, dont 900 millions à la fin 2016. Le résultat opérationnel courant (ROC) ajusté s'est replié de 2,5 % à 284,6 millions pour un chiffre d'affaires ajusté en baisse de 6,1 % à 2,9 milliards.
Dans un marché affecté durablement par la faiblesse des prix du pétrole, qui conduit à une baisse des dépenses des compagnies pétrolières et gazières, Technip a dit percevoir "des signes de croissance de la demande dans certaines régions" pour sa division d'activités sous-marines Subsea, par exemple en mer du Nord ou au Brésil. Le groupe du CAC 40 a dès lors relevé les objectifs de ses activités pour 2016 et anticipe désormais un chiffre d'affaires ajusté supérieur à 5 milliards d'euros (précédemment entre 4,7 et 5 milliards) et un ROC ajusté à environ 700 millions d'euros (680 millions auparavant).
"En général, les clients cherchent à augmenter leur production rapidement à un coût relativement bas au moyen de raccordements de longue distance (tiebacks)", un créneau où Technip est bien positionné, a commenté le PDG, Thierry Pilenko. Les objectifs restent inchangés pour l'autre grande division, l'Onshore/Offshore (installations terrestres et maritimes), qui "reste robuste", selon Technip : un chiffre d'affaires ajusté compris entre 5,7 et 6 milliards d'euros et un ROC ajusté d'environ 280 millions d'euros.
Très affaiblis depuis mi-2014 par une offre excédentaire, les prix de l'or noir sont remontés autour de 50 dollars le baril depuis fin septembre, soutenus par un accord de principe de l'Opep sur une réduction de sa production. Mais si ces frémissements insufflent un regain d'optimisme chez les acteurs du marché, l'environnement demeure difficile, a prévenu Thierry Pilenko.

"Le carnet de commandes augmente de 30 % à fin septembre"


"On a des clients qui nous disent qu'ils vont commencer à réfléchir à investir de nouveau. Cela dit, entre la réflexion sur l'investissement et le redémarrage des projets, il y a toujours une période assez longue qui peut durer plusieurs trimestres", a-t-il dit, sans pouvoir assurer que l'industrie avait touché un point bas. "Une chose est sûre, c'est qu'on observe qu'il y a un meilleur équilibre entre l'offre et la demande sur le marché pétrolier, que cela soutient les prix (...) et que nos clients vont petit à petit retrouver la confiance", a-t-il ajouté.
Les prises de commandes ont atteint 1,5 milliard d'euros au troisième trimestre (- 13 % sur un an) pour un carnet de commandes total de 12,3 milliards (- 30 %) à fin septembre. Pour Aurel BGC, c'est "un signe que la résistance de l'activité sera soumise à rude épreuve l'année prochaine et au-delà, lorsque la chute des prix de l'énergie se fera davantage sentir sur le chiffre d'affaires du groupe".

Fusion en vue

En 2017, Technip s'attend à ce que le Subsea maintienne son niveau de marge opérationnelle ajustée avec un chiffre d'affaires ajusté "plus faible", tandis que l'Onshore/Offshore devrait générer un ROC ajusté et une marge opérationnelle courante "en croissance" sur un chiffre d'affaires "en léger retrait".
Le parapétrolier a également indiqué que sa fusion avec l'américain FMC Technologies avançait plus rapidement que prévu. Des assemblées générales des actionnaires des deux groupes sont convoquées le 5 décembre en vue d'une finalisation en janvier 2017 de l'opération, qui donnera naissance au numéro 3 mondial du secteur.

Martin Pauwels

Jeudi 27 Octobre 2016



Lu 289 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse