Thales accélère ses travaux sur l'avion du futur


Le Français pense gagner deux à trois ans sur la commercialisation des programmes destinés à réduire l'empreinte carbone de l'aviation civile. Grâce au plan de relance gouvernemental pour l'aéronautique.


Le groupe français intervient sur les deux segments, bord et sol © Thales Group
Le groupe français intervient sur les deux segments, bord et sol © Thales Group
"Le plan de relance gouvernemental est pour nous un accélérateur !" : les ingénieurs de Thales Avionics à Toulouse ont retrouvé le sourire. En cette mi-juin, sur le vaste site du groupe où près de 1.000 personnes travaillent sur les systèmes de gestion de vol, Vincent Mégaïdes, responsable de la stratégie avionique de vol, présente deux innovations destinées à rendre l'aviation commerciale "plus verte".
Quelques jours après l'annonce d'un plan de 15 milliards d'euros pour la filière aéronautique, touchée de plein fouet par les conséquences de la pandémie de coronavirus, le groupe électronique affirme que ses programmes destinés à "décarboner" l’aviation civile vont être raccourcis "de deux à trois ans" pour être commercialisés plus rapidement. "Notre objectif est de réduire les émissions carbonées de 10 %", lance Vincent Mégaïdes. Le plan gouvernemental a en effet mis l'accent sur le futur "avion vert".

Réduire la taille des équipements

Pour l'atteindre, Thales qui est "l'un des acteurs les plus forts de son secteur et le seul à avoir les deux segments, bord et sol", selon l'ingénieur, travaille précisément à mieux connecter l'avionique et le contrôle aérien. Ce premier volet doit être déployé "à grande échelle dès 2023", nous promet-on.
Mais pour obtenir ce gain de 10 % d’émission, Thales développe également "l'électrification et hybridation des appareils" notamment à Chatou (Yvelines) et travaille "à réduire le poids et le volume des équipements embarqués".
Didier Poisson, pilote d'essai Thales, présente Pureflyt, le nouveau Flight management systems (FMS), le cerveau de l'avion. Avec les systèmes actuellement en fonction, les modifications de trajectoires nécessitent "plusieurs corrections". Des opérations qui ont une incidence sur la consommation, le temps de vol, mais aussi sur les "embouteillages" à l'approche des aéroports. L'avancée de ce nouveau FMS, insiste Vincent Mégaïdes c'est l'interactivité du cerveau de l’aéronef avec "les composantes sols, la compagnie aérienne et le contrôle aérien".

Connecter cockpit et contrôle aérien

L'ingénieur fait la transition avec le deuxième étage de la nouvelle solution Thales : "l'Air traffic flow management", "une approche beaucoup plus globale du contrôle aérien", dit-il. "Jusqu'à maintenant, le monde du cockpit et le monde du contrôle aérien étaient faiblement connectés", souligne Vincent Mégaïdes. Les "constellations satellitaires", vont permettre des flux de données importants entre les appareils et le sol.
Pour leur développement, l'Air traffic flow management et Pureflyt ont bénéficié d'un recours massif à l’intelligence artificielle : plus de 2 milliards de scénarios ont pu être testés permettant "d’accumuler une expérience correspondant à 100 millions d’heures de vol".

AFP

Vendredi 19 Juin 2020



Lu 1159 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 1 Juillet 2020 - 16:59 Airbus taille 11 % de ses effectifs européens


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide



























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy