Tourné vers Siemens, Alstom se désengage de ce qu'il lui reste d'énergie


Alstom, qui va être repris par l'allemand Siemens, va bien tourner la page de son activité dans l'énergie puisque le PDG du groupe français a confirmé la sortie d'Alstom des coentreprises créées lors du mariage avec General Electric.


© Alstom
© Alstom
Alstom va sortir des coentreprises créées avec General Electric (GE) dans l'énergie. "On se désengage", a dit le PDG d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge, jeudi 14 décembre devant la commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur les décisions de l'État en matière de politique industrielle. Le groupe français, recentré sur les transports, va exercer les options de vente de ses participations dans ces coentreprises prévues depuis 2014, qui contraignent GE à les lui racheter.

Les effectifs réduits de 12.000 emplois

Ce retrait d'Alstom des trois coentreprises (énergies renouvelables, nucléaire et réseaux) créées avec General Electric au moment de leur mariage, n'est pas une surprise. Il fait suite à la prise de contrôle d'Alstom, annoncée en octobre, par l'allemand Siemens. "C'est vrai que les anciennes activités énergie d'Alstom n'ont pas leur place dans cette opération", a déclaré Henri Poupart-Lafarge. Ce désengagement intervient alors que GE connaît d'importantes difficultés dans sa branche énergie, dont les effectifs vont être réduits de 12.000 emplois, la France devant être préservée.
Le produit de cette cession, estimé à environ 2,5 milliards de dollars, doit permettre notamment le versement d'un dividende extraordinaire aux actionnaires d'Alstom lors du rachat par Siemens. L'ancien ministre de l'Économie Arnaud Montebourg, interrogé mercredi par cette même commission, avait proposé "que le gouvernement se débrouille pour faire un accord de place avec l'ensemble des investisseurs pour racheter ces entreprises qui sont très profitables".
Le groupe américain aura ainsi "la propriété pleine et entière (de ces coentreprises) avec une nuance sur la partie nucléaire" qui doit faire l'objet de discussions, a précisé Henri Poupart-Lafarge. Dans la coentreprise sur le nucléaire, détenue à 80 % par GE et à 20 % par Alstom, "les intérêts de l'État sont protégés", a assuré, lors de cette même audition, Corinne de Bilbao, présidente de General Electric France. "La présence de l'État est effective et permanente", a-t-elle précisé.

"Actionnaire dormant"

Alors qu'il est reproché à Alstom d'être un actionnaire "dormant" dans ces coentreprises, Henri Poupart-Lafarge a assuré que "les règles ont été établies dès le départ sur le rôle" qu'Alstom doit y jouer, à savoir "être là pour vérifier un certain nombre de décisions stratégiques", et qu'"il n'y a pas eu matière à agir" pour le groupe français.
Plus tôt devant cette commission, Jérôme Pécresse, PDG de GE Renewable Energy, entité de GE dédiée aux énergies renouvelables et dont le siège mondial est à Paris, avait indiqué qu'"Alstom n'est pas consulté sur les décisions courantes" des coentreprises, mais est présent dans les conseils d'administration. Les conseils des coentreprises réseaux et énergies renouvelables se sont réunis au moins "une fois par trimestre", et même plus pour le nucléaire, où l'État à une action préférentielle (golden share). Alstom Transport avait racheté à GE ses activités de signalisation en novembre 2014, tandis qu'Alstom Energie était absorbé par GE.
"Pourquoi les syndicats trouvent que la signalisation n'a pas été aussi flamboyante que c'était prévu ? C'est vrai, ils n'ont pas tort", a encore reconnu Henri Poupart-Lafarge. Mais selon lui, "la raison est simple, c'est qu'une activité importante de la signalisation de GE était bien évidemment aux États-Unis, sur le marché fret", qui "s'est écroulé. Donc c'est vrai que les perspectives américaines ont été moins favorables que ce qu'on avait pu anticiper".
L'objectif de la commission d'enquête est de s’interroger sur les moyens juridiques, économiques et financiers dont dispose l’État mais aussi de la stratégie adoptée, pour favoriser le maintien en France de son patrimoine industriel stratégique. Elle doit rendre ses conclusions au printemps.

Julie Chabanas

Vendredi 15 Décembre 2017



Lu 498 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy