Transdev est pressé d'en finir avec la SNCM


Transdev s'oppose au financement d'une période d'observation de six mois et souhaite que celle-ci soit la plus courte possible, contrairement aux syndicats.


Le redressement judiciaire de la SNCM n'a pas encore été confirmé par le tribunal de commerce de Marseille © Franck André
Le redressement judiciaire de la SNCM n'a pas encore été confirmé par le tribunal de commerce de Marseille © Franck André
L'actionnaire principal de la SNCM, Transdev, refuse de financer une période d'observation de six mois dans le cadre d'un éventuel redressement judiciaire, ont indiqué les syndicats mardi 18 novembre en marge de l'ultime réunion de conciliation à Marseille.
"Dernière réunion de médiation catastrophique en préfecture avec Transdev, qui refuse de financer la période d'observation d'un RJ !", a tweeté le représentant syndical CFE-CGC, Pierre Maupoint de Vandeul. "L'État et Transdev endossent le costume du Cdt Schettino (le capitaine du "Costa Concordia", NDLR) et sautent dans la chaloupe en laissant couler le navire", a écrit sur le réseau social Jean-François Simmarano, délégué CGT.
Transdev n'a pas souhaité s'exprimer. Mais une source proche a indiqué que la trésorerie de la SNCM, comprise entre 30 et 35 millions d'euros, doit permettre à la compagnie maritime de financer son exploitation pendant trois mois. Dans le cadre d'un placement en redressement judiciaire, la période d'observation peut être comprise entre deux et six mois. "Les syndicats ont demandé le financement de la période d'observation la plus longue possible. Or, la période d'observation doit être la plus courte possible, car il faut trouver rapidement une solution. Nous ne sommes pas dans l'hypothèse pessimiste où il n'y aurait pas de solution à fin février", a détaillé cette source proche de Transdev.

Fin de la conciliation

La dernière réunion de conciliation entre les actionnaires – État (25 %) et Transdev (66 %) – et les syndicats de la SNCM, autour du médiateur nommé par l'État Gilles Bélier, se déroulait alors que la direction de la compagnie a déposé le bilan le 4 novembre et demandé à être placée en redressement judiciaire pour cessation de paiement. Cette réunion est l'ultime étape du processus de médiation mis en place début juillet, qui avait permis de sortir d'une grève dure ayant paralysé le trafic de la SNCM pendant 17 jours, notamment entre la Corse et le continent, en pleine saison estivale.
Lundi 17 novembre, les syndicats ont interpellé le préfet par courrier, estimant que "les actionnaires et le gouvernement" avaient "renié" leurs engagements "en ne respectant pas le relevé de décisions du 9 juillet dernier", en engageant la procédure de dépôt de bilan, ce qu'elle s'était engagé à ne pas faire pendant la conciliation, prévue jusqu'à fin octobre. Lors de la précédente rencontre, le 27 octobre, qui devait clore le processus, le médiateur avait proposé une réunion supplémentaire pour mener à bien la conciliation. Transdev avait accepté de participer, mais avait tout de suite précisé qu'elle n'était plus liée par l'engagement de ne pas recourir au tribunal de commerce.
Les syndicats et représentants des actionnaires salariés (9 % du capital) devaient aborder mardi 18 novembre avec les représentants du gouvernement les conditions de financement de la période de redressement judiciaire, en demandant une période d'observation d'au moins six mois, et du volet social. Le tribunal de commerce de Marseille n'a pas encore reconnu l'état de cessation de paiement de la compagnie, réclamant des "éclaircissements" et reportant sa décision au 25 novembre. Le tribunal pourra alors décider de placer la compagnie en redressement judiciaire.

 

AFP

Mercredi 19 Novembre 2014



Lu 183 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 13 Novembre 2018 - 12:09 Rotterdam remporte l'ESPO Award 2018


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy