Transfrontalier : l’appel à désengorger le Rhin supérieur


Les CCI de l’espace franco-germano-suisse Mulhouse/Bâle/Fribourg ont identifié les projets qui permettraient de dynamiser le trafic fret, le ferroviaire en premier lieu. Elles appellent à leur réalisation.


Projets de transports sur le Rhin supérieur © CCI Alsace-Mulhouse
Projets de transports sur le Rhin supérieur © CCI Alsace-Mulhouse
Dans le sillage de Bâle, la région Sud du Rhin supérieur compte parmi les plus dynamiques d’Europe sur le plan économique. Elle pèse 114 milliards d’euros de PIB, produit par 1,5 million d’actifs et 2,9 millions d’habitants répartis entre les deux cantons bâlois, le Haut-Rhin et la portion du Pays de Bade allemand comprise entre Fribourg-en-Brisgau et la frontière helvétique. Mais son développement est freiné par l’engorgement de ses infrastructures de transport et l’insuffisante connexion de part et d’autre des frontières.
Le problème n’est pas neuf : les chambres de commerce et d’industrie de cet espace le soulevaient en préambule du Schéma directeur trinational transports qu’elles ont adopté fin 2014. Le congrès ferroviaire transfrontalier de Bâle, fin avril, leur a donné l’occasion de préciser les neuf projets routiers et ferroviaires dont le déblocage leur paraît prioritaire entre France, Suisse et Allemagne.
Plusieurs d’entre eux exercent un impact direct ou indirect sur le fret, soit qu’ils créeraient des sillons nouveaux pour le transport de marchandises, soit que des sillons seraient libérés pour le fret par les lignes nouvelles de voyageurs. Ces itinéraires se situent le long de l’un des corridors européens majeurs de fret, le Rotterdam-Gênes.

Rhin-Rhône ferroviaire

Ainsi, le "Rhin-Rhône ferroviaire" vise l’aménagement au gabarit européen B1 des voies entre les deux bassins. "Ce projet installerait une liaison massifiée de type autoroute ferroviaire, pour connecter Rheinports (l’alliance informelle des ports de Mulhouse, Bâle et Weil-am-Rhein en Allemagne, NDLR) avec la Méditerranée", plaide Patrick Hell, chargé de mission transports à la CCI Sud-Alsace-Mulhouse. Les chambres de commerce et d'industrie demandent le démarrage effectif des études d’un projet imaginé dès l’abandon du grand canal Rhin-Rhône en 1997 !
Une étude transfrontalière de 2014 – "Upper Rhine, a connected corridor" – évalue le potentiel de fret ferroviaire à 3 millions de tonnes par an sur cet axe. Concernant le tracé, la voie à la fois historique et naturelle Belfort-Besançon par la vallée du Doubs serait fastidieuse avec 15 tunnels d’une longueur cumulée de 5,7 km à mettre à gabarit. Le tracé entre Belfort et Culmont-Chalindrey, sur la ligne Paris-Bâle, se limiterait à adapter deux tunnels pour 1,9 km.

Des travaux vers les grands tunnels suisses

Côté allemand, la mise à quatre voies du "Rheintalbahn" entre Karlsruhe et Bâle désengorgerait le trafic en direction des nouveaux tunnels alpins suisses du Gothard et du Lötschberg. D’un coût total de 6,5 milliards d’euros, plusieurs de ses tronçons ont été achevés ou sont en chantiers. Les derniers sont inscrits dans la dernière version du document national Bundesverkehrswegeplan, l’équivalent du SNIT, ce qui rend réalistes leur réalisation à l’horizon 2030. Selon les CCI, ce projet n’a de sens, d’un point de vue européen que s’il se prolonge du nouveau tunnel du Wisenberg, sous le Jura suisse au sud de Bâle. Mais ce dossier de plus de 5 milliards d’euros est en stand-by malgré son approbation par votation populaire à plusieurs reprises, regrettent-elles.

Mathieu Noyer

Mercredi 11 Mai 2016



Lu 1170 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 21 Septembre 2018 - 12:14 Touax relance ses investissements


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy