Transport fluvial cherche bateliers désespérément


La filière du fluvial a le vent en poupe mais, faute de visibilité, peine à recruter la nouvelle "génération voie d‘eau", a rappelé le salon Riverdating 2022, organisé au Havre les 30 novembre et 1er décembre par Voies navigables de France.


© Nautilus
© Nautilus
Le constat alarmiste a été posé au Havre durant le salon Riverdating, dédié au transport fluvial. Une table-ronde a porté le 1er décembre sur la formation, l’emploi et les tensions de recrutement de "la génération voie d‘eau". Le secteur souffre d’une "tension extrême", a alerté Didier Léandri, président délégué général d’Entreprises fluviales de France (E2F), avec un besoin estimé entre 200 et 300 membres d’équipage, dans le transport de fret comme de passagers.

Pénurie de personnel et croissance du secteur

"Nous avons du mal à recruter et cette pénurie va augmenter, notamment dans les métiers de pilotes", a assuré Didier Léandri. Une pyramide des âges défavorable avec une population vieillissante et l’impact de la crise sanitaire expliquent notamment cette pénurie. Car la filière souffre d’un "problème d’image et de visibilité de nos métiers qui sont très peu connus", a aussi constaté François Manouvrier, directeur du CFA de la Navigation intérieure.

Une situation paradoxale quand le fluvial poursuit dans l’Hexagone "une croissance à deux chiffres dans le fret" et connaît "une reprise exceptionnelle" dans le tourisme, selon Didier Léandri. Ce dernier secteur a ainsi progressé de 25 % au cours des dix dernières années, avec 11 millions de passagers transportés sur les fleuves de l’Hexagone, dont 8 millions à Paris, le premier port fluvial mondial pour le tourisme, selon les derniers chiffres d'Opco Mobilités.

Isabelle Maimbourg, directrice générale adjointe chez cet opérateur de compétences a rappelé les enjeux : la construction du canal Seine-Nord est "une opportunité mais aussi une ouverture plus grande à la concurrence internationale avec les flottes nord-européennes et entre les ports maritimes". La cérémonie d’ouverture des JO 2024 "va aussi mettre en tension les recrutements à très court terme".

Par ailleurs, la nouvelle réglementation européenne sur la qualification des membres d’équipage qui exige notamment un temps de navigation d'au moins 540 jours pour la qualification de capitaine, contre 100 jours actuellement "devrait être bénéfique, a noté François Manouvrier. Elle va permettre l’augmentation des compétences et favoriser la mobilité des navigants".

La tradition familiale a vécu

Restera à adapter les cursus actuels proposés par les lycées professionnels et les CFA avec ces nouvelles exigences.  Autre évolution constatée : "Si le cycle de renouvellement était jusque-là naturel, a rappelé Didier Léandri, on ne recrute plus aujourd’hui les fils et les filles de bateliers. Le vivier se trouve désormais à l’extérieur du secteur et l’enjeu est d'attirer et de fidéliser".

Pour Sogestran, travailler "au cœur de la transition énergétique" est un facteur d’attractivité important, selon le DRH Jean-Pierre Rous. Le groupe havrais fait ainsi naviguer un pousseur avec un carburant 100 % d’origine végétale et l’automoteur Zulu à hydrogène, et développe la logistique urbaine fluviale qui "offre des rythmes d’embarquement attractifs".

Il s’agit donc bien de renforcer la visibilité de la filière, mais aussi, Olivier Hannedouche, DRH chez VNF, de "créer des passerelles et de renforcer les complémentarités entre les métiers comme entre les entités publiques et privées".

Natalie Castetz

Mardi 6 Décembre 2022



Lu 2843 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal