Transporter des marchandises au Mexique, une mission dangereuse


Le transport de marchandises est une activité dangereuse au Mexique. Depuis le début d'année, les trains de marchandises ont subi une hausse des attaques et des vols, de même que les camions de marchandises circulant sur les routes.


© Ferrosur
© Ferrosur
Le 19 mai, un train de marchandises déraillait avec ses quarante wagons alors qu'il traversait l'État de Puebla (centre) pour se rendre au Veracruz (Est), le long du Golfe du Mexique. Selon Grupo Mexico, un conglomérat qui exploite les trains à travers sa filiale Ferrosur, le système de freinage du train avait été saboté "par des personnes extérieures à l'entreprise". "Pour nous, c'est un attentat contre les voies de communication" du pays, dénonce Lourdes Aranda, vice-président des relations gouvernementales de l'entreprise.
À la Bourse du Mexique (BMV) vendredi 25 mai, la société a déclaré avoir subi sept déraillements au cours du deuxième trimestre en raison de sabotages sur la ligne Mexico-Veracruz, ce qui a provoqué pour elle une perte de 312 millions de pesos (environ 15,9 millions de dollars). La société veut maintenir "un service sûr et efficace" et pour y parvenir emploie désormais "plus de 1.700 agents de sécurité privés". Elle a également mis en place un service spécial "dédié à la surveillance et à la prévention des vols". Généralement, les assaillants bloquent le train à l'aide de pierres disposées sur les voies ferrées avant de monter à bord et de piller ses marchandises.
Au premier trimestre, 852 vols de trains ont été recensés dans le pays, principalement dans les États de Puebla, Guanajuato et Jalisco, selon les chiffres officiels, soit une augmentation de 19 % par rapport au dernier trimestre de 2017. Les produits les plus volés sont les céréales et les farines, les produits finis et les biens de consommation, ainsi que les pièces automobiles et les matériaux de construction. Sur cette même période, 2.519 actes de sabotage ont été signalés, dont près de 90 % visant le train lui-même et 10 % les voies ferrées. "Beaucoup de trains ne peuvent circuler" dès qu'une voie ferrée est bloquée et "des clients sont impactés" par ces vols de marchandises, regrette Lourdes Aranda.

"Le transport routier n'offre pas une alternative plus sûre"

Face à ces attaques, le transport routier n'offre pas une alternative plus sûre. On recensait en avril 3.895 enquêtes ouvertes pour des délits de vol touchant des transporteurs, selon le gouvernement mexicain. Ce chiffre est en augmentation de 6 % par rapport aux 3.666 délits enregistrés sur la même période en 2017.
Des membres de l'Alliance mexicaine des transporteurs - qui rassemble environ 83.000 transporteurs du pays - ont déclaré au quotidien national "Reforma" qu'il se produisait au moins quatre agressions quotidiennes contre des camions transportant des aliments, des appareils ménagers ou des produits industriels. Une vidéo postée sur les réseaux sociaux en mars, abondamment commentée par les internautes mexicains et plusieurs médias, montrait des habitants de tous âges pillant un camion Cola-Cola immobilisé sur une route de province.
Face à l'augmentation des vols visant les trains et les camions de marchandises, plusieurs entreprises ont exhorté le gouvernement d'Enrique Peña Nieto d'agir pour mettre fin à l'insécurité. "L'insécurité cause des dommages économiques graves, impacte la capacité de notre pays à attirer des investissements, créer des emplois et développer un cercle vertueux de pacification", a dénoncé lundi 28 mai la confédération patronale (Coparmex), un groupe influent d'entrepreneurs mexicains. "Le gouvernement doit travailler jusqu'au dernier jour de son mandat pour assister, inverser et résoudre ce très grave problème", souligne la Coparmex, à près d'un mois des élections présidentielles.
Lundi 28 mai, l'entreprise minière canadienne Pan American Silver a annoncé qu'elle réduirait ses opérations dans une mine de l'État de Chihuahua, dans le Nord du pays, face à des "incidents de sécurité" sur les voies d'accès à l'entreprise.
La semaine précédente, la société laitière mexicaine Lala a suspendu ses activités dans un centre de distribution dans l'État de Tamaulipas (nord) devant l'insécurité régnant dans cette zone. En mars, c'est l'embouteilleur de Coca-Cola au Mexique, Coca-Cola Femsa, qui a annoncé la fermeture d'un centre de distribution dans l'État de Guerrero (sud) face au "harcèlement de groupes criminels".

Yussel Gonzalez

Vendredi 1 Juin 2018



Lu 601 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy