Transports routiers : la France contre les réformes proposées par l'UE


La ministre française chargée des Transports, Élisabeth Borne, a jugé inacceptable en l'état le projet européen de "paquet mobilité", qui faciliterait selon elle "le dumping économique et social" des transporteurs routiers des pays d'Europe centrale et orientale.


© Iveco
© Iveco
La France s'élève contre les réformes proposées par l'UE dans les transports routiers. "Nos marchés sont largement ouverts, mais la concurrence qui s'y exerce est souvent déloyale. Le transport routier est évidemment l'un des meilleurs exemples", a expliqué vendredi 11 mai Élisabeth Borne.
Le "principe simple "à travail égal, salaire égal, sur un même territoire", nous paraît aller de soi. Or, force est de constater que les textes actuellement sur la table s'agissant du paquet mobilité ne respectent pas cette condition", a-t-elle déploré, lors d'un point de presse avec son homologue allemand, Andreas Scheuer.
La ministre française a jugé que les diverses propositions sur la table, comme le temps de conduite ou le repos des routiers, n'étaient "pas acceptables". "Nous constatons (...) avec l'Allemagne, que nous sommes loin du compte", a-t-elle dit. "Il n'est pas question de bâcler des règles qui s'appliqueront pendant au moins une décennie et correspondent à des droits réels, tangibles", a-t-elle souligné. "Les règles européennes doivent lutter beaucoup plus ardemment contre le dumping économique et social", a martelé Élisabeth Borne.

"Le principe simple 'à travail égal, salaire égal, sur un même territoire', nous paraît aller de soi"


La position commune franco-allemande sera présentée lundi 14 mai à Bruxelles lors d'une réunion de l'"Alliance du routier", constituée l'an derniers par neuf États unis contre la concurrence déloyale entre les pays européens dans le secteur (Autriche, Belgique, Danemark, France, Allemagne, Italie, Luxembourg, Suède et Norvège), en prélude au conseil européen du 7 juin. L'idée est de rejeter le "premier paquet mobilité", dit aussi "paquet routier", et de renvoyer le dossier après l'été, quand la présidence de l'UE sera assurée par l'Autriche et non plus par la Bulgarie, a-t-on expliqué de source diplomatique.
La Commission européenne a proposé en particulier que les chauffeurs routiers se rendant dans un autre pays de l'Union européenne y soient considérés comme des "travailleurs détachés", avec un salaire local, à partir de trois jours par mois dans ce pays. Des pays comme la France et l'Allemagne veulent appliquer dès le premier jour de travail sur leur territoire le statut de "travailleur détaché" pour un conducteur venant d'un autre pays, tandis que la plupart des pays de l'Est de l'UE rejettent l'application de ce statut pour leurs chauffeurs envoyés à l'étranger.

Le Parlement bulgare contre à l'unanimité

Le Parlement bulgare s'est déclaré à l'unanimité vendredi 11 mai contre les réformes du "paquet mobilité" proposées par la Commission européenne concernant les transports routiers internationaux, lesquelles "menacent de faillite des centaines de transporteurs bulgares". Ces propositions soumises au Parlement européen sont "infondées et auraient une influence néfaste sur le secteur des transports en Europe centrale et orientale", selon une résolution du Parlement bulgare votée par les 140 députés présents, toutes tendances confondues. "La plupart des petites et moyennes entreprises risquent d'être expulsées du marché qui sera réservé aux seuls grands transporteurs", estime le Parlement bulgare.
Le gouvernement conservateur bulgare de Boïko Borissov, qui assure la présidence tournante de l'UE, partage les objections des transporteurs bulgares qui s'apprêtent à protester lors d'un sommet informel de l'UE les 16 et 17 mai à Sofia. "Le secteur bulgare du transport international routier, qui emploie 120.000 personnes dont 40.000 chauffeurs et fournit 15 % du PIB, est menacé de destruction", a déclaré la Confédération des employeurs et des industriels bulgares. Selon le président de l’association des transporteurs internationaux de Bulgarie, Yordan Arabadjiev, "les réformes sur lesquelles insiste notamment la France visent à acquérir des avantages de concurrence déloyale" pour les transporteurs français et allemands.
Concernant les temps de repos et de conduite, il s'est notamment opposé à l'idée de retour obligé toutes les trois semaines des routiers bulgares dans leur pays situé à la frontière extérieure de l'UE dans le Sud-Est. Il a également qualifié d'inadmissible la proposition d'hébergement obligatoire du conducteur dans un hôtel, évoquant un danger de cambriolage du camion, "particulièrement présent dans le Sud de la France", ou même de "placement d'explosif en vue d'un acte terroriste".

AFP

Lundi 14 Mai 2018



Lu 871 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy