U​nion maritime et portuaire du Havre : "Il est temps que l’axe Seine se concrétise", selon Michel Segain


Président de l’Union maritime et portuaire du Havre (Umep) et de l’Union maritime et portuaire de France (UMPF), Michel Segain n’a de cesse de réclamer l’accélération des chantiers, la présence des acteurs privés dans les conseils de surveillance des ports et la gouvernance unique sur l'axe Seine.


"Rien ne bouge, nous nous heurtons à des murs d’inertie et nous sommes encore dans l’incertitude et l’attente." Michel Segain est en colère. Sur le bureau du président de l’Union maritime et portuaire du Havre, le plan stratégique Seineport Europe que son équipe et lui avaient concocté en 2016, un "plan Marshall" semblerait, à l’écouter, lettre morte. Pourtant, parmi les revendications émises, certaines viennent de se concrétiser en 2020, inscrites dans le plan stratégique voté en 2018 avec à la clé, un financement à hauteur de 600 millions d’euros : la construction des postes 11 et 12 pour un nouveau terminal à Port 2000 ou la connexion fluviale directe et sans contrainte de navigation pour les barges fluviales de la Seine à Port 2000.

"Tout est trop lent"

Mais "tout est trop lent, râle Michel Segain. Faudra-t-il encore attendre vingt-cinq ans, entre l’annonce et la réalisation des travaux comme pour l’électrification des 50 kilomètres de la voie ferrée entre Serqueux et Gisors ?" Car parmi les points cruciaux, que ne manque pas de rappeler Michel Segain, et qui était listé dans le plan Seineport Europe, "l’axe Seine ne bénéficie toujours pas de dessertes ferroviaires adaptées à conquérir de grands volumes notamment vers l’Allemagne et l’Europe de l’Est".
En 2016, l’Umep réclamait également pour Haropa "une seule et même autorité de gouvernance de l’axe Seine". Mais quant à la fusion des trois ports qui avait été annoncée au plus tard au 1er janvier 2021, "nous sommes dans l’attente et l’incertitude". Et dans le cadre de la future gouvernance, le patron de l’Umep réclame à nouveau "la présence dans les conseils de surveillance des ports des représentants du secteur privé, qui investissent, avec une voix non pas consultative, mais décisionnaire".

Absence de lobbying à Bruxelles

Fervent défenseur des intérêts et des atouts du port du Havre comme de ceux de l’axe Seine, Michel Segain réclame aussi le retour de la paix sociale comme élément indispensable à la relance : "Pour développer et faire revenir le fret, il faut un capital confiance. Et donc un pacte social. Nous l’attendons toujours !" Autre sujet de mécontentement pour le patron de l’Umep, "l’absence de lobbying et d’une véritable task force maritime et portuaire à Bruxelles".

"La défense des intérêts français est insuffisante"


Et d’évoquer, dans le contexte du Brexit, quand il s'agissait de relier l’Irlande au continent européen, le fait que seuls les ports belges et néerlandais étaient concernés au départ : "Parce que la défense des intérêts français est insuffisante, nous avons failli être exclus des futurs corridors maritimes, une aberration !"
Michel Segain se lasserait presque. Réélu en juillet président de l’Union maritime et portuaire de France (UMPF), qui représente 1.600 sociétés et 80.000 salariés, il réclame à nouveau une stratégie maritime et portuaire nationale. "Les derniers rapports sur l’économie maritime et la compétitivité des ports, signés de la députée Sophie Panonacle et du sénateur Michel Vaspart valident en grande partie nos demandes. Espérons qu’ils auront un autre destin que celui de finir sur les étagères d’une salle d’archives".

Natalie Castetz

Lundi 28 Septembre 2020



Lu 9 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 30 Octobre 2020 - 17:26 ​Le Ghaam veut aider à la relance du Havre


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide

























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal