UMF : "Se préparer dès maintenant aux tendances à venir"


L'Union maritime et fluviale de Marseille-Fos réclame le maintien à niveau des infrastructures internes et externes pour pouvoir profiter pleinement de l'amélioration de l'image du port. Pour le reste, elle s'appuie sur le savoir-faire de ses membres, notamment pour son travail de promotion.


La fameuse "rotule" entre les deux terminaux est presque comblée © Franck André
La fameuse "rotule" entre les deux terminaux est presque comblée © Franck André
Depuis son élection comme président de l'Union maritime et fluviale de Marseille-Fos (UMF) le 26 juin, Jean-Claude Sarremejeanne est très sollicité. Déjà promoteur actif de la place portuaire, en particulier dans son domaine, le fret conventionnel, celui qui préside la société de manutention fosséenne Sosersid est désormais investi d'une mission plus large encore. "Ce qui m'intéresse, c'est la viabilité et la croissance de nos entreprises, lance-t-il. Nous représentons 25.000 emplois. Il faut les préserver et je suis persuadé que nous avons la capacité de les développer".
La question du manque de fiabilité étant un souvenir de plus en plus ancien, il faut tirer parti du regain d'intérêt des chargeurs pour les services du polyvalent Grand Port maritime de Marseille-Fos. Comme elle le fait depuis 2016, la fédération des entreprises portuaires a participé au dernier congrès de l'EPCA (European Petro Chemical Association) à Berlin, où elle a pu constater que la cote du port provençal remonte auprès des acteurs de la filière.
Sa secrétaire générale, Marie-Hélène Pasquier, est formelle : "L'image de Marseille s'est améliorée, elle est devenue celle d'un port qui travaille bien. Sur la pétrochimie, une de nos spécialités, nous avons les atouts pour reprendre notre place. Nous devons être en capacité de recevoir des projets d'implantation".

Recherche de partenariats

L'UMF place la promotion du savoir-faire de ses membres, filière par filière, parmi les trois ingrédients du développement portuaire, avec des infrastructures performantes et des tarifs attractifs. "Il y a d'autres axes de croissance que le conteneur, qui est en pleine réussite, observe Jean-Claude Sarremejeanne. Nous organisons le futur, il faut se préparer dès maintenant aux tendances à venir".
Après s'être déplacé sur les installations belges de North Sea Port (Gand, Flessingue et Terneuzen), ses membres recevront une délégation venue de Duisbourg, dans une volonté de "nouer des partenariats à l'étranger". Marie-Hélène Pasquier précise l'intérêt de la démarche : "Nous voulons élargir notre hinterland. Il y a des mastodontes et des ports de taille moyenne. Marseille est de ceux-là, nous devons faire en sorte d'exister et l'Allemagne fait partie des débouchés".

L'affaire du contournement de Lyon

L'approfondissement ou le maintien de l'hinterland passe par cette fameuse question des infrastructures. Sur ce plan, plusieurs sujets de "lobbying auprès des décideurs" sont sur le bureau de l'UMF.
Jean-Claude Sarremejeanne demande ainsi "comment maintenir la croissance dans le conteneur sans le tronçon routier Fos-Salon", qui doit soulager les routes nationales proches de la zone industrialo-portuaire et dont le débat public est en préparation. Le point de friction majeur du moment est la question du contournement ferroviaire de l'agglomération lyonnaise (CFAL), dont le développement asymétrique concomitamment à celui du Lyon-Turin agace les professionnels portuaires du Sud de la France.

"Il y a d'autres axes de croissance que le conteneur"


"La partie Nord du contournement de Lyon est engagée, le foncier est déjà réservé, ce n'est pas le cas de la partie Sud, argumente Marie-Hélène Pasquier. Le Lyon-Turin est une excellente idée, mais il est pour nous inconcevable que cette ligne soit lancée avant que le CFAL Sud ne soit terminé". Les professionnels estiment que la France favoriserait ainsi les ports italiens et de l'Est de l'Europe au détriment des siens.
Beaucoup plus localement, une accélération du raccordement ferré portuaire au réseau est attendue, ainsi que l'aménagement du Terminal roulier Sud, à Marseille ville, pour pouvoir accueillir les plus gros navires.

Un port fiable

Même si aucun sujet n'est alarmant pour Jean-Claude Sarremejeanne, il estime essentiel de ne pas baisser la garde. Dans son activité de prédilection, il se félicite ainsi de la construction de la rampe ro-ro en darse Sud, "un outil de grande qualité" mais réclame une homogénéisation des équipements.
Il pense notamment à la capacité de résistance du quai breakbulk de la darse 3, autre terminal opéré par sa société, Sosersid, qui empêche de manutentionner des colis de plus de 150 tonnes alors qu'elle a investi dans une grue capable de soulever 250 tonnes. "C'est une épine dans le pied de tout le monde, c'est limitant pour l'outil et pénalisant lorsqu'on va faire la promotion du port à l'extérieur".
Résolument optimiste et ardent défenseur de "son" port, le président de l'UMF refuse toute forme de dénigrement de Marseille-Fos. "Le port est fiable, en croissance et en pleine forme. Il n'a besoin que d'harmonisation, en mettant les moyens où c'est nécessaire".

Franck André

Jeudi 12 Décembre 2019



Lu 520 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide



























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy