Un collectif de 90 entreprises pour sauver la SNCM


Quelque 90 entreprises marseillaises ont créé un collectif pour presser l'État de sauver la SNCM et ses retombées économiques pour la place portuaire.


© Franck André
© Franck André
L'avenir incertain de la SNCM préoccupe, bien au-delà de ses salariés. Tandis que l'armateur a de graves difficultés de trésorerie, prévoit la suppression de 500 postes et pourrait être obligé de rembourser 220 millions d'euros d'aides publiques après une condamnation de la Commission européenne, des entrepreneurs de la place portuaire lancent un appel au sauvetage de la compagnie.
C'est Robert Martinetti, patron de la société marseillaise de réparation et de maintenance Macor, qui a pris l'initiative de réunir un collectif pour adresser au Premier ministre une lettre ouverte de soutien à la SNCM. Cet ensemble est composé de près de 90 entreprises locales, fournisseurs et partenaires, concernées par les retombées économiques de l'activité de la compagnie. Il représenterait plus de 1.000 emplois à Marseille.

"Ce n'est pas Corsica Ferries qui nous fera vivre"


Dans son "appel solennel des entreprises du port de Marseille pour l'avenir de la SNCM", le collectif interpelle le gouvernement et les élus et décideurs locaux : "Nous vous demandons, avec la plus grande solennité, de tout mettre en œuvre pour permettre à la SNCM de mettre en place son projet d’entreprise auquel nous sommes directement associés. Nous avons été d’une grande patience parce que nous ne pouvions croire que dans la période très difficile que nous traversons tous, l'État et tous les actionnaires de la SNCM ne se mobilisent pas à 100 % pour notre ville et notre bassin d’emploi. Nous sommes désormais impatients". Les signataires souhaitent ainsi "des solutions intelligentes et rapides pour donner des perspectives à une compagnie maritime dont l’activité impacte directement (leur) survie" et appelle à "préserver et pérenniser ceux qui ont choisi d’investir".

Démarche "patriote"

D'ici à la fin de l'année, la SNCM aura généré près de 50 % de l'activité de Macor. Crée en 1985, la filiale française de l'ex-groupe allemand rachetée en 2004 par Robert Martinetti est représentative des sociétés du secteur. Elle emploie une vingtaine de personnes et réalise un chiffre d'affaires annuel de 3,2 millions d'euros. "Si la SNCM demeure, ce sera bien pour nous mais aussi pour les 90 autres entreprises, précise le patron, qui se veut collectif. Nous ne voulons pas nous occuper des affaires internes de la SNCM, nous demandons juste une mobilisation pour éviter un immense gâchis".
Pour ce partenaire de longue date de la SNCM et témoin des mutations du port de Marseille, "c'est aussi une démarche patriote. Il faut soutenir les entreprises et les emplois français. Car si c'est Corsica Ferries qui vient remplacer la SNCM, il ne faudra pas compter sur eux pour vivre". L'attention particulière dont Marseille est l'objet ces temps-ci est une opportunité : "Nous devons profiter du plan de sauvetage de la ville pour nous faire entendre", estime ainsi Robert Martinetti. Hasard du calendrier, le Premier ministre était à Marseille le lendemain de la publication de la lettre, pour présenter l'engagement de l'État dans la future métropole. Le collectif espère qu'il aura entendu l'appel.

Franck André

Mardi 12 Novembre 2013



Lu 889 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 13 Novembre 2018 - 12:09 Rotterdam remporte l'ESPO Award 2018


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy