Un quinquennat marqué par les investissements dans le rail ?


Le rapport du Conseil d’orientation des infrastructures, remis le 16 mars, encourage la prochaine équipe gouvernementale à augmenter les investissements dans le rail de façon sensible. Les entreprises de fret ferroviaire et les opérateurs combinés appellent l’État à les lancer sans attendre pour doubler la part du mode d’ici 2030.


© LGL
© LGL
Le fret ferroviaire a retrouvé son niveau d’avant la crise sanitaire. En 2021, il a progressé de 7,1 % par rapport à 2019, selon les statistiques publiées par le ministère de la Transition écologique en avril. Sa part modale demeure toutefois à 9 % dans les transports terrestres de marchandises en France.

Son doublement d’ici 2030, inscrit dans la loi portant sur la lutte contre le dérèglement climatique du 22 août 2021, "impose des mesures urgentes". Tel est l’appel lancé lors de la Journée du fret ferroviaire de la dernière SITL par l’alliance 4F, rassemblant les entreprises de chemin de fer et les chargeurs, à l’attention de la future équipe gouvernementale.

Dans l’immédiat, elle lui demande de soutenir le mode pour surmonter l’augmentation des coûts de l’énergie. Selon l’Association française du rail (AFRA), "la crise énergétique coûtera au moins 52 millions d’euros aux opérateurs de fret ferroviaire cette année".

Priorité au combiné rail-route

La deuxième urgence citée concerne "la programmation des investissements", prévue dans la Stratégie nationale pour le fret ferroviaire présentée en septembre 2021. Pour l’heure, l’État s’est engagé à hauteur d’un milliard d’euros environ jusqu’en 2024. Un quart de cette somme serait destiné aux chantiers de transbordement rail-route et aux installations terminales embranchées (ITE).

Pour Ivan Stempezynski, président du Groupement national des transports combinés (GNTC), "la priorité est la modernisation des terminaux combinés existants et la création de nouveaux. L'objectif du doublement de la part du fret ferroviaire d’ici 2030 s'accompagne d'un triplement des trafics du combiné rail-route".

La France compte 35 terminaux aujourd’hui. "La plupart sont saturés et nécessitent des investissements pour les rendre plus performants", juge Ivan Stempezynski. Quinze sites supplémentaires seraient à créer pour atteindre un triplement des trafics, selon le GNTC, qui rappelle que "le temps de construction d’un chantier est d'au moins cinq ans". Pour accélérer la manouvre, les opérateurs de transport combiné se déclarent prêts à investir dans des terminaux dans le cadre de "concessions d’exploitation suffisamment longues pour avoir le temps d'amortir nos investissements".

Fiabilité du réseau

Le doublement de la part du fret ferroviaire suppose aussi une "augmentation du nombre de sillons, en quantité et de qualité". Cette demande s’accompagne d'une "garantie de fiabilité" sur le réseau ferré par une meilleure anticipation des travaux sur ce dernier.

Un meilleur arbitrage avec les trafics passagers et l’augmentation des gabarits à la norme P400 sont également souhaités. Sans ces mesures, les entreprises ferroviaires et les opérateurs rail-route "ne pourront pas développer une offre adaptée à la demande des chargeurs, ni doubler la part de marché du mode d’ici 2030", affirment-ils.

Érick Demangeon

Vendredi 29 Avril 2022



Lu 1760 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal