Une grève chasse l'autre dans un Brésil sous tension


Pas de répit pour le président brésilien, Michel Temer : si le mouvement des routiers qui a paralysé le pays s'essouffle, une grève du secteur pétrolier a débuté mercredi 30 mai, mettant encore sous pression un gouvernement décrédibilisé.


© FUP
© FUP
Face aux appels de certains extrémistes à une intervention militaire pour renverser le gouvernement, la présidente de la Cour suprême, Carmen Lucia, s'est sentie obligée de réaffirmer que "la démocratie est la seule voie légitime" pour régler les problèmes du pays.
À quelques mois de la présidentielle la plus incertaine au Brésil depuis des décennies, ces conflits sociaux jettent une lumière crue sur le degré d'impopularité du gouvernement de centre droit de Michel Temer, dont le taux d'approbation est tombé au plus bas : 5 %. D'après un sondage publié mercredi par l'institut Datafolha, 87 % des Brésiliens se disaient favorables à la grève des routiers et seuls 6 % approuvaient la gestion de crise du président Temer, qui ne se présentera pas au scrutin d'octobre. La vie des Brésiliens a pourtant été fortement perturbée pendant dix jours par la grève des camionneurs qui a entraîné notamment une pénurie d'essence et de produits alimentaires frais et affecté tous les secteurs d'une économie ayant du mal à se relever de la récession de 2015-2016.
Les grévistes du secteur pétrolier réclament une réduction des prix des carburants et du gaz de ville, la fin de la politique de vente d'actifs de Petrobras et la démission du président de cette compagnie pétrolière publique, Pedro Parente. Un porte-parole de la Fédération unitaire des pétroliers (FUP), principal syndicat du secteur, a indiqué que 15.000 à 30.000 travailleurs du secteur pétrolier étaient en grève mercredi matin, bravant une décision judiciaire qui considérait le mouvement "abusif" et les menaçait de lourdes amendes. Une dizaine de raffineries étaient affectées, selon la FUP, qui a néanmoins assuré que l'essence ne risquait pas de manquer au Brésil.

"Les dépôts des raffineries sont pleins en raison de la grève des routiers"

"Nous pouvons garantir qu'au cours de ces 72 heures il n'y aura pas de problème de ravitaillement, les dépôts des raffineries étant pleins en raison de la grève des routiers", explique ce syndicat. La FUP a souligné néanmoins que la grève entamée mercredi servait d'"avertissement", et a annoncé qu'un conflit social de plus grande ampleur et à durée indéterminée pourrait éclater à l'avenir. Petrobras a indiqué que la grève n'avait "pas d'impact sur la production", des "équipes de contingence" ayant été mobilisées.
Mercredi matin, une centaine de manifestants ont défilé devant la raffinerie de Duque de Caxias. Les grévistes s'insurgent notamment contre la nouvelle politique tarifaire de la compagnie, qui s'est alignée sur les cours internationaux depuis la fin de 2016. "Cette politique tarifaire qui a causé la hausse vertigineuse des prix des carburants est la conséquence directe du plus grand démantèlement de l'histoire de Petrobras. Les coupables de ce chaos sont Pedro Parente et le président Michel Temer", affirme la FUP.
Pedro Parente est arrivé à la présidence de Petrobras en 2016, avec pour mission de relancer un groupe qui accusait de fortes pertes et se trouvait au cœur d'un vaste scandale de corruption. Il a mis en œuvre un vaste plan de vente d'actifs pour renflouer les caisses et a suivi une politique de "transparence" en réajustant quotidiennement les prix des carburants, s'alignant sur les cours internationaux. C'est cette politique tarifaire qui a provoqué la grève des transporteurs routiers, exaspérés par la récente hausse du prix du gasoil.
"À cause du coût élevé des carburants, la population s'est mise à soutenir les routiers ou mettre le chaos sur le dos de Temer. Brasilia s'est mise à paniquer et le gouvernement a cédé sur la plupart des revendications", a affirmé Eurasia Group mercredi dans une analyse de la crise brésilienne.
Dimanche, le président Temer a consenti notamment une forte réduction des tarifs, tout en stipulant qu'ils ne pourraient être ajustés que mensuellement et non plus quotidiennement. Le mouvement des transporteurs routiers s'est essoufflé ces derniers jours : l'essence commence à revenir dans les stations-service, même si le retour à la normale promet d'être long.

Louis Genot

Jeudi 31 Mai 2018



Lu 445 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy