Voitures "made in Algérie" : un bilan catastrophique


En Algérie, les prix des voitures flambent à mesure que les chaînes de montage fleurissent. Dénonçant des "importations déguisées", les autorités veulent remettre à plat tout le secteur du montage automobile, censé initialement être le fleuron industriel du pays.


Le 27 juillet, Volkswagen a inauguré une usine d'assemblage à Relizane, à 300 km d'Alger © VW
Le 27 juillet, Volkswagen a inauguré une usine d'assemblage à Relizane, à 300 km d'Alger © VW
Le 27 juillet, après Renault et Hyundai, Volkswagen inaugurait une usine d'assemblage à Relizane (300 km d'Alger). Grand absent de la cérémonie, le ministre de l'Industrie, Mahdjoub Bedda, qui quelques semaines avant avait tiré à boulets rouges sur le secteur. Il avait promis de "mettre un terme au mode actuel de production" automobile en Algérie et, le 31 juillet, le gouvernement a suspendu tout nouveau projet de montage de véhicules.
L'industrie automobile algérienne est née en 2012 quand les autorités ont conclu un partenariat avec Renault, qui a débouché fin 2014 sur l'ouverture de l'usine de la première voiture "made in Algeria". Entre-temps, la dégringolade à partir de mi-2014 des prix du pétrole, qui fournit 95 % des devises de l'Algérie, a propulsé la filière automobile nationale en tête des priorités pour réduire la facture des importations qui siphonnent les réserves de change. Les autorités ont donc contraint les concessionnaires automobiles à se doter d'une unité de production locale.
Trois ans après, le bilan dressé par Mahdjoub Bedda est catastrophique : aucun impact sur les réserves de change ou la création d'emplois, mais un coût important pour l'État en termes d'aides et d'avantages fiscaux. Au premier semestre 2017, si le nombre de véhicules importés a fortement chuté (- 78 % en glissement annuel), l'importation de pièces à monter sur les chaînes en Algérie a exactement compensé les économies en devises sur la même période.

"Les véhicules neufs sont chers car l'offre est faible"


Ultime paradoxe, "la voiture (produite en Algérie) coûte plus cher que dans les pays de provenance", a tonné le ministre, décidé à "arrêter l'importation déguisée" de la part des constructeurs. Exemple : la Renault Symbol made in Algeria coûte environ 200.000 dinars (1.600 euros) de plus que sa jumelle importée, la Dacia Logan. Le prix de la petite Hyundai i10 fabriquée sur place commence à un tarif de presque 2.000 euros plus cher qu'en France. "Les véhicules neufs sont chers car l'offre est faible", explique Issad Rebrab, patron de Cevital, premier groupe privé d'Algérie et importateur de la marque Hyundai, mais qui n'est pas l'associé de la marque dans son usine d'assemblage de Tiaret, ouverte fin 2016.
Les importations de véhicules ont atteint un pic historique en 2012 (605.000 unités) avant de diminuer, notamment avec la mise en place de quotas l'an dernier. En 2016, 98.000 véhicules sont entrés en Algérie. Cette baisse des importations, non compensée par la production locale, a engendré une pénurie de voitures neuves dans un pays où la demande annuelle est évaluée à 400.000 unités, estime Mohamed Yaddaden, consultant et ancien cadre du secteur automobile, qui estime que "les prix des voitures neuves ont connu une hausse moyenne de 40 % entre 2014 et 2017".

"Rien à assembler"

Le fiasco de l'industrie automobile en Algérie est principalement dû, selon les observateurs, au système adopté : le SKD (Semi Knocked Down) qui consiste à importer le véhicule en kits prémontés, simplement rivetés ou boulonnés sur place. "Le véhicule arrive semi ou complètement fini, donc il n'y a rien à assembler", expliquait début juillet au quotidien "El-Watan" Mohamed Baïri, patron d'Ival, importateur d'Iveco, promettant que son usine, censée ouvrir prochainement, assemblera elle l'ensemble des pièces des véhicules.
Fin mars, des images diffusées sur les réseaux sociaux avaient créé le scandale en Algérie : on y voyait arriver à l'usine Hyundai des voitures quasi complètes, sur lesquelles ne restaient à monter que les roues. Une commission d'enquête avait rapidement écarté toute infraction mais des médias avaient pointé du doigt les liens entre le patron de l'usine, Mahiédinne Tahkout, et le ministre de l'Industrie d'alors, Abdeslam Bouchouareb, aujourd'hui critiqué par son successeur.
Les observateurs dénoncent surtout le très faible "taux d'intégration" - c'est-à-dire de pièces produites localement - de 15 %, imposé aux industriels. Le gouvernement a annoncé l'élaboration d'un nouveau cahier des charges et la création d'"un vrai marché de la sous-traitance", capable de fournir les usines en pièces fabriquées en Algérie. "Nous avons grillé plusieurs étapes, il fallait d'abord former le personnel, bâtir un réseau de sous-traitance avant de se lancer dans le montage de véhicules", a expliqué Mohamed Baïri à "El-Watan".

Abdellah Cheballah

Mardi 8 Août 2017



Lu 565 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy