Vol et détournement de fret : de nouveaux modes opératoires à connaître


Avec la progression des vols de fret sur les réseaux routiers, de nouvelles escroqueries plus sophistiquées apparaissent dans le but de détourner les marchandises. Par le biais de bourses et plateformes de mise en relation, la lutte contre ces actes est plus difficile, reconnaissent les forces de l’ordre lors d’un atelier organisé par l’AUTF le 10 mai à Paris.


73 % des vols de fret constatés sont réalisés dans les véhicules © Allili– Sipa
73 % des vols de fret constatés sont réalisés dans les véhicules © Allili– Sipa
Depuis 2011, les vols de fret commis pendant le transport et dans les entrepôts ne cessent d’augmenter en France. "Avec 2.703 actes recensés, ils ont progressé de 16 % en 2016", déclare le Capitaine Armelle Lamouroux de l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) de la gendarmerie nationale. Avec un pic de sinistralité entre octobre et février, les régions Île-de-France, Rhône-Alpes et Champagne-Ardenne sont les plus ciblées. "Ensemble, elles concentrent près de 50 % des vols constatés, soit ayant fait l’objet d’une plainte, en raison de la densité de leurs infrastructures logistiques et de leurs réseaux routiers".
Si les vols dans les entrepôts, ceux de véhicules et les vols aggravés diminuent pour ne représenter plus que 1 à 2 %, les actes dans les véhicules se développent (73 %) en revanche. Toutes les marchandises sont concernées avec en tête la nourriture, les alcools, les appareils multimédia, les articles de mode et l'électroménager.

La France pays le plus touché d'Europe

Si l’Italie a un temps été le pays dans lequel les vols étaient les plus nombreux, la France "est devenue le territoire le plus criminogène avec 28 % des vols constatés en Europe, suivie par l’Allemagne et le Royaume-Uni", indique Patrick Bouvet. Expert et enquêteur d’assurance aujourd’hui, l’ancien gendarme précise que, "75 % des vols sont perpétrés sur les parkings non sécurisés, 11 % sur des sites sécurisés, et 14 % avec violences et/ou armes".

"Face au détournement de fret, le contrôle des licences de transport et d’attestations d’assurance ne suffit plus"


Sur le sol européen, tous les types de fret sont là encore concernés selon un classement différent toutefois : produits liés à l’automobile comme les pneumatiques (26 %), les produits bruns et blancs (24 %), les alimentaires (18 %), les textiles (12 %), les cosmétiques/parfums (10 %) et les métaux (10 %). Dans la majorité des cas, les actes sont commis par des bandes organisées originaires des pays de l’Est tels que la Roumanie, la Pologne, les pays baltes, la Bulgarie, la Biélorussie, l’Ukraine et la Russie.

Détournement via les bourses

À l’échelle de l’Europe et depuis peu en France, de nouveaux modes opératoires plus sophistiqués que "la simple découpe de bâche" apparaissent. Il s’agit d’escroqueries dans le but de détourner les frets commises par trois structures principales, alerte Patrick Bouvet : "La Camora napolitaine, la mafia hongroise et la mafia russo–lithuanienne". Usant des nouvelles technologies, leurs méthodes consistent à s’enregistrer pendant une à deux semaines sur des bourses de fret et plateformes de mise en relation entre transporteurs voire entre transporteurs et chargeurs. Ils utilisent de faux documents sur leur qualité de transporteur voire créent ou rachètent une TPE "de papier". Par le jeu de la sous-traitance en cascade, "ils prennent jusqu’à quarante tractions sur ces bourses puis affrètent de vrais transporteurs en leur indiquant une adresse de livraison où la marchandise est dérobée. Le temps de découvrir l’escroquerie, les marchandises s’évaporent".

Moyens de prévention

Face à ces escroqueries, les forces de l’ordre, chargeurs, transporteurs ainsi que les bourses, plateformes et assureurs sont démunis. "Le contrôle des licences de transport et d’attestations d’assurance ne suffit plus". Pour Patrick Bouvet, trois mesures de prévention sont à prendre : "ne jamais affréter un transporteur par l’intermédiaire d’une bourse ou une plateforme s’il a moins de six mois d’inscription, vérifier la validité du numéro de TVA intracommunautaire sur le site de l’Union européenne et vérifier sur les pages jaunes du pays les coordonnées téléphoniques du transporteur".

Véhicule à l’arrêt égale danger
Avec l’accès aux brouilleurs pour une trentaine d’euros, la géolocalisation GPS ne suffit plus à prévenir les vols de fret sauf à utiliser des balises de type Iridium. Protections mécaniques tels que cadenas renforcé d’une quarantaine d’euros et véhicules type fourgon demeurent les meilleures solutions avec le bon sens : privilégier les livraisons de jour, ne pas charger le vendredi pour une livraison le lundi, stationner sur des lieux sécurisés et rester discret sur les produits transportés.

Éric Demangeon

Vendredi 12 Mai 2017



Lu 3871 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 15 Décembre 2017 - 12:40 Daimler livre ses premiers camions tout électriques €

Jeudi 14 Décembre 2017 - 13:13 Le pont Hong Kong-Macao, un chantier en eau trouble €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse