​Le Nigeria adopte une réforme pétrolière très attendue


Attendue depuis 2008, la réforme du secteur pétrolier nigérian a enfin été adoptée. Elle s’articule autour de la fiscalité, de la redistribution des richesses et de la privatisation de la Nigeria National Petroleum Commission.


© NNPC Group
© NNPC Group
Après quinze ans d’attente, la réforme du secteur pétrolier au Nigeria a enfin été adoptée le 1er juillet par le parlement. Un "moment historique" pour le premier producteur d'or noir en Afrique qui a urgemment besoin de maximiser ses revenus. "Les deux Chambres ont approuvé la loi pétrolière", a déclaré Ola Awoniyi, porte-parole du Sénat. "C'est un événement important pour l'Assemblée nationale en place, après des années de retard".

Le Nigeria, pays de 210 millions d'habitants est le premier producteur de pétrole d'Afrique avec 1,9 million de barils exportés chaque jour, mais le secteur a la réputation d'être corrompu et peu productif, avec des infrastructures délabrées après soixante ans d'exploitation, et il attire peu d'investissements malgré des réserves gigantesques.

Ce projet, soumis une première fois à l'Assemblée nationale en 2008, a été plusieurs fois débattu et réécrit, en raison notamment de désaccords sur ses termes entre le gouvernement et les grandes compagnies pétrolières opérant dans le pays, mais aussi entre l'exécutif et les Assemblées précédentes. 
Le président de l'Assemblée, Femi Gbajabiamila, s'est félicité de cette "importante victoire". "Il faut souligner comme cette journée est importante. Cela fait près de vingt ans que nous attendions cela".

Cadre légal et fiscal

Cette loi entend donner un cadre légal et fiscal à l'industrie du gaz et du pétrole nigérian. Et les changements s'opèrent autour de trois axes principaux : une fiscalité plus encadrée, une meilleure redistribution des richesses, et la transformation de la Nigeria National Petroleum Commission (NNPC), réputée pour être la caisse noire de l'État, en une société commerciale.

Les deux Chambres doivent encore s'accorder sur certains points, notamment la part de redistribution aux communautés qui habitent dans les zones d'extraction. Le texte initial proposait l'obligation pour les compagnies pétrolières de verser 2,5 % de leurs dépenses dans la zone d'exploitation pour alimenter des fonds de développement au bénéfice des communautés. Un chiffre trop bas, selon ces dernières. Les deux chambres devraient s'accorder sur un pourcentage compris entre 3 et 5 %, selon le sénateur Ajibola Bashiru. 

Le Nigeria, première économie d'Afrique grâce à sa production pétrolière, souffre d'une grave crise économique depuis le début de la crise sanitaire, après s'être difficilement relevé d'une première récession en 2016-2017.  En avril 2020, les cours du brut avaient chuté en dessous des 20 dollars, et ils ont beau être remontés autour des 60 dollars depuis, l'avenir reste sombre pour un pays qui tire plus de la moitié de ses revenus et 90 % de ses recettes d'exportation du pétrole. En outre, une grande partie des gisements nigérians sont arrivés à maturité et ces derniers ne sont pas compensés par suffisamment de grands projets.

Attirer les investisseurs

Il sera difficile de mesurer rapidement les effets de cette loi étant donné qu'elle laissera le choix aux compagnies de décider si leurs activités seront régulées selon l'ancienne ou la nouvelle réglementation, jusqu'à la fin de leur licence. Elle va toutefois mettre un terme à l'incertitude réglementaire qui, durant des années, a découragé les investissements. 

Mais, selon les experts, la situation sécuritaire reste le plus gros problème pour les investisseurs. Les groupes armés, qui creusent des trous dans les oléoducs pour y voler la production, provoquant des désastres écologiques, et qui multiplient les enlèvements contre rançons sur terre comme sur mer continuent à prospérer. Cette insécurité constante a un impact important sur le prix de l'exploitation, et donc sur les politiques d'investissement.

AFP

Vendredi 2 Juillet 2021



Lu 627 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 14 Septembre 2021 - 15:17 Nord Stream 2 achevé, les tensions demeurent


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide

























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal