Des résultats record en 2013 pour Safran


L'équipementier aéronautique Safran a affiché jeudi 20 février sa confiance dans une nouvelle année de croissance en 2014, notamment grâce aux moteurs d'avions, après une année record qui a vu son bénéfice bondir de 22 %.


Safran comptait 66.241 employés à la fin de l'année © Safran
Safran comptait 66.241 employés à la fin de l'année © Safran
Safran est confiant dans sa croissance après des résultats record en 2013. Le chiffre d'affaires, réalisé à 80 % à l'international, a progressé de 8,4 % en 2013 à 14,7 milliards d'euros, et le groupe prévoit encore 5 % de hausse cette année. Le bénéfice net s'est quant à lui établi à 1,19 milliard d'euros (+ 22 %). Le résultat opérationnel a progressé de 23,8 % sur un an, la marge atteignant 12,2 % du chiffre d'affaires contre 10,8 % en 2012. Safran compte sur une nouvelle hausse "légèrement supérieure à 10 %" de ce résultat opérationnel en 2014. "Forts de notre réussite en 2013, nous sommes particulièrement confiants quant à la croissance de nos résultats" cette année "grâce à l'accélération des cadences de production des avions et la maturité croissante de notre base installée de moteurs d'avions civils", a déclaré le PDG du groupe, Jean-Paul Herteman.

20,8 milliards d'euros de nouvelles commandes

Safran a enregistré des commandes record de 20,8 milliards d'euros en 2013, portant le carnet de commandes à 56,2 milliards.
Sa coentreprise CFM International, qu'elle détient à parts égales avec General Electric, a réalisé l'année dernière un record de production de 1.502 moteurs CFM56, le moteur d'avion le plus vendu au monde, et en a encore 5.000 en commande. Le carnet de commande du moteur Leap, le successeur du CFM56 qui équipera la majorité des nouveaux moyen-courriers dans le monde, dépasse les 5.700 unités, soit presque quatre années de production. Les activités de service de moteurs d'avions civils ont augmenté de 19,2 % (en dollars) grâce aux premières révisions des CFM56 de deuxième génération. Il est dû également à un effet de rattrapage des compagnies aériennes américaines qui effectuent des maintenances qu'elles avaient différé pendant "deux, trois années difficiles", a expliqué Jean-Paul Herteman. Le rattrapage va s'étaler sur plusieurs années, selon lui.
Si la propulsion aéronautique et spatiale (Safran produit les moteurs de la fusée Ariane) et les équipements aéronautiques ont tiré la croissance, la défense et la sécurité ont baissé de 2,8 % chacune. Les budgets militaires occidentaux déclinent, mais Safran maintient un investissement sur fonds propres de près de 10 % dans la recherche et le développement de ses spécialités dans la défense, l'avionique et l'optronique, "pour rester un acteur de classe mondiale", a ajouté le PDG. Il a souligné que cette activité avait des retombées dans le civil et s'adressait aussi aux marchés d'exportation en croissance. L'activité dans la sécurité, un des fleurons du groupe, a été affectée notamment par "un glissement dans l'introduction d'une nouvelle technologie" de carte à puce qui a été rattrapé sur la fin de l'année, selon Jean-Paul Herteman. "Le potentiel de développement et de rentabilité de nos activités de sécurité sur le moyen et long terme n'est absolument pas démenti", a-t-il assuré.
Safran a généré un flux de trésorerie de 712 millions d'euros, équivalent à 40 % du résultat opérationnel. Il disposait d'une trésorerie de 1,7 milliard d'euros à fin décembre.
L'équipementier, qui a réalisé pour plus de 800 millions d'acquisitions au cours des douze derniers mois, a redit son intérêt pour le rachat de l'activité espace de l'Italien Avio que vise aussi Airbus Group. Jean-Paul Herteman a souhaité que cette réorganisation de l'industrie spatiale européenne soit réalisée avant le prochaine conférence ministérielle de l'Agence spatiale européenne en décembre, qui devra décider de l'avenir du lanceur Ariane.
Le capital du groupe a évolué au cours de l'exercice 2013, puisque l'État français a réduit sa participation de 30,2 % à 22,4 %. Safran comptait 66.241 employés à la fin de l'année, soit une augmentation de 3.600 personnes sur un an. Il dit vouloir continuer à recruter en 2014, mais à un rythme plus faible.

Patrick Rahir

Lundi 24 Février 2014



Lu 87 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse