Engie : les grandes manœuvres ont commencé


En cédant pour 1,53 milliard d'euros du capital du groupe Engie, l'État a engagé le vaste mouvement de cessions de participations publiques prévu pour financer l'innovation. Une démarche qui suscite des convoitises mais aussi des interrogations dans les milieux économiques.


4,5 % du capital d'Engie a été cédé, pour un montant de 1,53 milliard d'euros © Engie
4,5 % du capital d'Engie a été cédé, pour un montant de 1,53 milliard d'euros © Engie
Dix milliards d'euros : c'est le montant que le gouvernement a prévu de récupérer en vendant une partie des actions qu'il détient dans les grandes entreprises françaises, une somme qui doit en principe être injectée dans un fonds destiné à financer l'innovation, promis par Emmanuel Macron pendant la campagne. Ces cessions permettront "au contribuable de savoir que son argent est placé pour le futur et non pas pour le passé", a assuré le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, en confirmant fin août, sans précision sur les entreprises concernées, que les grandes manœuvres débuteraient "dans les prochaines semaines".
C'est finalement Engie (ex-GDF Suez) qui a ouvert le bal, dès mardi 5 septembre. Selon l'Agence des participations de l'État (APE), chargée de gérer le portefeuille public, 4,5 % du capital du groupe énergétique a ainsi été cédé, pour un montant de 1,53 milliard d'euros. Une opération opportune ? "L'action d'Engie a valu beaucoup plus, ce n'était pas forcément le bon moment de vendre", estime Christian Saint-Étienne, professeur à Paris-Dauphine. "On assiste à une vente dans l'urgence des bijoux de famille", regrette-t-il. "L'État a décidé qu'il avait besoin de 10 milliards d'euros pour lancer son plan start-up, il faut bien les trouver", nuance de son côté Elie Cohen, économiste au CNRS, pour qui dans ce contexte la vente partielle d'Engie est "logique".
Après cette opération, l'État détient désormais 24,1 % du capital d'Engie et 27,6 % des droits de vote, ce qui inquiète les syndicats, même si l'État reste l'actionnaire de référence du groupe. La loi oblige l'État à détenir au moins un tiers des droits de vote ou du capital d'Engie, avec une dérogation possible pendant deux ans. Pour revenir à ce niveau, l'État pourra compter notamment sur le système des droits de vote double accordés aux actionnaires qui détiennent des actions depuis une période assez longue, un système instauré par la loi Florange de 2014.

"On assiste à une vente dans l'urgence des bijoux de famille"


Quelles seront les prochaines entreprises cédées par l'État ? Plusieurs noms reviennent avec insistance, comme Renault, où l'État est monté au capital en 2015 en promettant de revendre ses titres, ou bien Orange, au capital duquel l'État n'a pas "vocation" à rester "de manière pérenne", selon Emmanuel Macron. Aéroports de Paris (ADP), en pleine forme financière, et convoité notamment par le groupe Vinci, pourrait aussi être ciblé, tout comme la Française des jeux (FDJ), dont l'État possède 72 % et dont la possible privatisation suscite de fortes attentes chez les investisseurs, selon plusieurs banquiers d'affaires.
"Les cessions seront réalisées en fonction des conditions de marché" et "en tenant compte de l'intérêt de l'État et des entreprises concernées", prévient de son côté l'APE, présente au capital de 81 entreprises, et dont les participations pèsent actuellement près de 100 milliards d'euros.
Pour l'État, l'enjeu principal consiste à trouver un point d'équilibre entre opérations rémunératrices et préservation de ses intérêts stratégiques, pour éviter de fragiliser certains fleurons tricolores en les mettant à la merci de groupes considérés comme des "prédateurs".
"L'État reste colbertiste, et a du mal à voir les bijoux de famille sortir de son giron pour entrer dans celui d'entreprises étrangères", juge Philippe Waechter, économiste chez Natixis AM, pour qui la création d'un fonds pour l'innovation alimenté par des cessions "a du sens, dans un contexte budgétaire contraint".
Reste que les contours du fonds de 10 milliards d'euros et le calendrier prévu pour les cessions, sont encore flous. "On ne sait pas quelle forme le fonds va prendre, ni qui le gérera", confie un haut fonctionnaire, qui assure que le futur dispositif est encore "un peu nébuleux pour tout le monde".
L'entourage de Bruno Le Maire assure de son côté que sa mise en place devrait se faire "dans le mois", le temps de régler quelques points juridiques. En attendant, les gains des cessions comme celle d'Engie hier sont placés dans un compte d'affectation spéciale.

Éléonore Dermy et Valentin Bontemps

Jeudi 7 Septembre 2017



Lu 439 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 14 Novembre 2017 - 13:46 CGG creuse ses pertes au troisième trimestre €

Mardi 14 Novembre 2017 - 13:08 Le Ghana rêve de boom pétrolier €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse