Fret ferroviaire, une succession d'erreurs stratégiques pour Samarcande



© Fret SNCF
© Fret SNCF
Comment dans une activité à rendements croissants dont l'efficacité et le coût sont étroitement liés à l'augmentation des volumes a-t-on pu croire que la réduction des trafics permettrait au fret ferroviaire, et à Fret SNCF en particulier, d'équilibrer ses comptes ? Un pavé dans la marre lancé par le cabinet Samarcande lors de la récente "Journée OFP" organisée par l'association Objectif OFP. Chiffres à l'appui, le consultant, par la voix de Philippe Duong, y a démontré la corrélation entre baisse des volumes et celle de la profitabilité du fret ferroviaire en France, dont les tonnages ont chuté de 50 % depuis 2000. Avec la transformation des chaînes logistiques et du tissu industriel français, l'érosion du fret ferroviaire est aussi la conséquence "de politiques publiques contradictoires et incohérentes", selon le consultant.

Absence de vision globale

"L'absence de vision globale de l'État sur l'économie des flux" marquée par "une approche parcellisée et sous-évaluée de la logistique et du transport de marchandises" ou par "un choix pour le transport de voyageurs" et l'insuffisance de mesures en faveur de "l'émergence de champions multimodaux nationaux comme en Allemagne" sont quelques constats dressés par Philippe Duong. Très éloignée des objectifs de développement des modes alternatifs affichés par le Grenelle de l'environnement (25 % de part modale en 2022...), l'éventuelle relance du rail en France impose selon lui d'intégrer plusieurs réalités propres au secteur. Pour le consultant, le fret ferroviaire est tout d'abord "une industrie de réseau inconcevable sans une vision systémique et sans l'intervention régulatrice et organisatrice des collectivités publiques". Comme tous les autres modes, "il doit absolument s'articuler aux supply chain des entreprises et des filières". Partant du principe que "le flux le plus massif est le contenant" tel que le conteneur, la caisse mobile ou le camion, "le wagon est-il aujourd'hui le bon vecteur ferroviaire ?", s'interroge-t-il en le comparant avec les offres du transport combiné ou des autoroutes ferroviaires. En suspens également, la capacité des tissus économiques locaux et des collectivités territoriales à mutualiser leurs trafics afin d'obtenir une massification minimum nécessaire au développement du fret ferroviaire.

Érick Demangeon

Mardi 31 Décembre 2013



Lu 638 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse