Grève dans les cinq raffineries françaises de Total



La raffinerie de Châteauneuf-les-Martigues
La raffinerie de Châteauneuf-les-Martigues
Les cinq raffineries et deux usines du groupe pétrolier français Total, situées dans l'Hexagone, étaient touchées lundi 16 décembre par un mouvement de grève reconductible à l'appel de la CGT et FO pour des augmentations salariales. "Il y a eu des négociations salariales vendredi qui ont abouti à une proposition qui ne convient pas aux salariés alors que les résultats du groupe sont bons et que notre entreprise se porte très bien", a affirmé Éric Sellini, coordinateur CGT du groupe.
Total exploite cinq sites dans l'Hexagone : Gonfreville-l'Orcher (Seine-Maritime), Donges (Loire-Atlantique), Châteauneuf-les-Martigues (Bouches-du-Rhône), Feyzin (Rhône) et Grandpuits (Seine-et-Marne). L'usine de fluides d'Oudalle (Seine-Maritime) et l'établissement des Flandres (Nord) font également partie du mouvement. "C'est parti pour durer puisque des consignes d'arrêt total des unités ont été posées dans deux raffineries : Gonfreville-l'Orcher et Châteauneuf-les-Martigues. Feysin est entré dans le mouvement cet après-midi", a indiqué Éric Sellini. "Il faut compter entre trois et cinq jours pour redémarrer", a-t-il précisé.
"Le but de cette grève est que le groupe Total arrête de nous dénigrer à travers les négociations salariales ; il n'y en a que pour les actionnaires", a déclaré le syndicaliste qui demande le retour à la table des négociations des dirigeants du groupe. Les augmentations générales proposées par la direction sont comprises entre 1,2 et 1,5 %, selon la CGT, qui estime que "la direction se moque ouvertement des salariés". Pour le syndicat, qui demande aussi la réouverture des négociations "dans les plus brefs délais", "les résultats mirobolants du groupe, régulièrement supérieurs à 10 milliards d'euros", doivent aussi profiter aux salariés. Mais, selon la direction de Total, l'accord salarial, soumis à la signature des syndicats lundi et mardi propose "une enveloppe globale d'augmentation de 3,5 %" (avec primes individuelles et ancienneté). Ainsi, l'augmentation générale est bien "de 1,5 %", mais à laquelle s'ajoutent une augmentation individuelle "de 1,2 % et une hausse "de 0,8 % liée à l'ancienneté".

AFP

Mardi 17 Décembre 2013



Lu 125 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 24 Novembre 2016 - 15:56 Grèce : les marins en grève contre l'austérité €

Mardi 22 Novembre 2016 - 13:20 40.000 Nigérians demandent des comptes à Shell €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse