La chute du pétrole pèse sur les résultats de CGG


Le groupe français de services parapétroliers CGG continue à anticiper un marché "très détérioré" en 2016 après avoir vu ses résultats fortement baisser au premier trimestre en raison de conditions de marché "extrêmement difficiles" liées à la chute des prix de l'or noir.


© CGG
© CGG
La perte nette de CGG a plus que doublé sur les trois premiers mois de l'année, passant de 55 à 130 millions de dollars. Le résultat opérationnel est tombé dans le rouge, affichant une perte de 81 millions de dollars (contre un bénéfice de 18 millions un an plus tôt), pour un chiffre d'affaires en recul de 45 % à 313 millions de dollars. À 10 h 25, le titre perdait 2,6 % à 0,75 euro dans un marché en recul de 1,32 %.

Pas de nouvelle baisse des effectifs

"Nous avons opéré ce trimestre dans des conditions de marché extrêmement difficiles. Nos clients ont encore intensifié leur adaptation à un environnement de prix du pétrole très défavorable, avec la poursuite d'importants programmes de réduction de leurs investissements et de leurs effectifs, ce qui a fortement pesé sur nos activités", a commenté le directeur général de CGG, Jean-Georges Malcor. Le marché devrait rester "très détérioré" sur l'ensemble de l'année, mais le dirigeant a dit s'attendre à bénéficier d'un second semestre "meilleur que le premier en volume" et, côté performance, à un "plein effet du plan de transformation".
Ce plan "se déroule parfaitement" comme prévu et, pour se redresser, le groupe axe ses efforts sur sa "bonne exécution, la maîtrise des coûts et des investissements et la stricte gestion du cash", a souligné Jean-Georges Malcor. Il n'y aura "pas de nouvelle baisse" des effectifs, celle-ci étant conforme "avec la décroissance prévue" dans le plan de transformation, a assuré le dirigeant. Les effectifs propres du groupe sont passés de 9.700 personnes fin 2013 à 6.920 fin mars, et devront être diminués à 6.300 à l'issue du plan, a précisé le responsable.
CGG, qui a échappé fin 2014 à une tentative de rachat hostile par son concurrent Technip, a réduit, comme annoncé, sa flotte marine à cinq navires à la fin du premier trimestre (contre huit à la fin de l'an passé et dix-huit fin 2013).

Martine Pauwels et Anne Padieu

Mardi 3 Mai 2016



Lu 237 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse