La croissance freinée par la crise des pays industrialisés


Après des années de croissance continue, certains pays asiatiques, et notamment la Chine, commencent à souffrir du ralentissement du volume des importations en Europe. Si les échanges avec l'Occident devraient se tasser, les observateurs relèvent une accélération des échanges intra-asiatiques.


© Hapag-Lloyd
© Hapag-Lloyd
En janvier, à 27 milliards de dollars contre 16,5 milliards de dollars en décembre 2011, la balance commerciale chinoise est restée excédentaire mais elle devait se réduire en février. La Standard Chartered, l'administration chargée de gérer les changes sous l'autorité de la Banque centrale, estimait début février que l'excédent commercial chutera en 2012 de manière significative.
Pour la première fois, la presse internationale mentionnait un ralentissement des exportations chinoises. En janvier, à 149,9 milliards de dollars, elles se sont contractées de 0,5 % par rapport à janvier 2011, au-delà du facteur saisonnier (le Nouvel An chinois est survenu le 23 janvier) expliquant la pause des échanges commerciaux du pays dès la fin du mois.
La décélération de la croissance chinoise remonte déjà au second semestre 2011. Les économistes attribuent ce phénomène aux contrecoups de la crise européenne.

«L'Asie doit gérer un équilibre délicat»


Dans une réactualisation de son rapport sur les «Perspectives de l’économie mondiale», le FMI note que la zone euro va connaître une récession modérée en 2012 après que la crise de la zone euro est entrée dans «une nouvelle phase dangereuse» vers la fin de l’année dernière, avec des répercussions sur d’autres régions du monde, notamment les États-Unis, les pays émergents et les pays en développement.
Selon le rapport, la croissance des économies émergentes et en développement devrait se situer en moyenne à 5,75 % en 2012-2013, soit un net repli par rapport aux 6,75 % enregistrés en 2010-2011, et environ 0,5 % en dessous des projections de septembre 2011. Cette tendance s’explique par «la détérioration de l’environnement extérieur et par le ralentissement de la demande intérieure dans les principales économies émergentes».
Malgré une forte révision à la baisse de 0,75 %, le FMI note que les pays en développement d’Asie devraient tout de même afficher la croissance la plus vigoureuse, à une moyenne de 7,5 % en 2012-2013. Christine Lagarde, la directrice générale de l'institution, a souligné récemment le rôle important de l’Asie, et en particulier de la Chine, dans la reprise de l’économie mondiale.

Cette région du monde doit pouvoir changer de cap

«La montée en puissance de l'Asie dans l'économie mondiale est l’exemple de réussite économique par excellence de l’histoire moderne. Rien de surprenant donc aujourd’hui à ce que l'Asie tire la reprise de l'économie mondiale», avait-elle déclaré dans un discours prononcé au Forum de la finance internationale à Pékin.
En ce qui concerne l’Asie, Mme Lagarde a noté que la région doit gérer un équilibre délicat : «les pays doivent se préparer aux tempêtes qui pourraient les atteindre. Mais certains restent soumis à des risques de surchauffe et d'instabilité financière, en raison de la persistance d’un accès facile au crédit».
Elle a conseillé aux pays asiatiques de réagir avec souplesse, et de changer de cap si la conjoncture économique mondiale se détériorait davantage. «Par exemple, les gouvernements peuvent desserrer les freins budgétaires, ponctionner leurs propres réserves ou celles qu’elles ont mises en commun à l’échelle régionale, et réactiver les accords de swap des banques centrales», a-t-elle ajouté.
Mme Lagarde a estimé que la Chine était sur la bonne voie, une voie définie par son douzième plan quinquennal global, lequel mise sur la réduction des vulnérabilités internes et réoriente l’économie vers la demande intérieure.

Le fret baisse de 16,8 % à Francfort

La baisse des importations en provenance d'Asie est pour partie responsable de la chute de 16,8 % du trafic de l'aéroport de Francfort en janvier.
Selon Fraport, le gestionnaire de l'aéroport allemand cité par le «Journal of Commerce», le recul des importations asiatiques est dû notamment à la fermeture des usines pendant deux semaines à l'occasion des fêtes du Nouvel An chinois.
Le trafic fret des cinq aéroports géré par Fraport (Francfort, Lima au Pérou, Antalya en Turquie, Burgas Varna en Bulgarie) a chuté globalement de 13,8 % en janvier par rapport à janvier 2011 pour s'établir à 167.415 tonnes.

Vincent Calabrèse

Lundi 27 Février 2012



Lu 307 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse