La future SNCF va chercher des idées au Japon


La ponctualité quasi infaillible des trains japonais en fait une sorte de Graal et, à l'heure, en France, de la réforme ferroviaire, SNCF et RFF sont allés piocher quelques pistes de réflexion au pays du Soleil levant.


© Shinkansen
© Shinkansen
"Le réseau ferroviaire japonais a la réputation d'être le plus performant du monde", explique le patron du gestionnaire d'infrastructure Réseau ferré de France (RFF) Jacques Rapoport, évoquant des "volumes transportés infiniment plus considérables que ceux qu'on trouve en Europe". "Nous sommes venus chercher des idées pour le futur", ajoute de son côté, Pierre Izard, directeur de l'infrastructure à la SNCF, qui sera chargé, dans la SNCF post-réforme, de faire le lien entre le rail et le matériel roulant. "L'idée, c'est de se demander quel chemin de fer on veut dans quinze ans ? Quelles technologies veut-on adopter ?" Au Japon, la longueur du réseau historique, aujourd'hui privatisé et divisé en six sociétés Japan Railway (JR), et compagnies privées, représente les deux tiers du réseau français mais transporte neuf fois plus de passagers. La clé de l'équation, selon Jacques Rapoport : un renouvellement plus fréquent des voitures et voies. Et ce alors que maintenance et sécurité sont les marottes de la SNCF et RFF depuis l'accident de Brétigny-sur-Orge en juillet 2013. Les opérateurs japonais "ont tendance à remplacer le matériel de manière périodique, sans les pousser jusqu'au bout. Dans Tokyo, un train ne dépasse pas les 20 ans", confirme Hugues Chataing, consultant à Tokyo chez Jitex Consulting Group. En outre, les conditions sismiques et météorologiques obligent les opérateurs à avoir des systèmes plus performants qu'ailleurs.

RFF et la SNCF devant les juges

RFF et la SNCF vont être auditionnés cette semaine et devraient être mis en examen par les juges d'instruction chargés d'enquêter sur la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge, une étape "logique" pour les entreprises, mais décisive pour les victimes. RFF est convoqué mardi 16 septembre et la SNCF jeudi 18 septembre. Les convocations, reçues fin juillet, ne laissent guère de doute sur la suite qui sera donnée au dossier après ces auditions : "nous vous informons que les juges d'instruction envisagent votre mise en examen".

Diane Falconer et Julie Chabanas

Lundi 15 Septembre 2014



Lu 149 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse