La lente mise sur les rails du TGV britannique


Le gouvernement de David Cameron a publié lundi 25 novembre son projet de loi sur le HS2, le TGV britannique, première étape d'un projet pharaonique et controversé, à l'avenir incertain.


© HS2
© HS2
Le gouvernement britannique vient de publier son projet de loi sur le HS2. Avec ses 55.000 pages, il s'agit du projet de loi le plus volumineux jamais présenté devant le Parlement où les débats ne vont pas débuter avant huit semaines, le temps de lancer l'enquête d'utilité publique. Si tout se passe au mieux, le gouvernement espère faire voter le projet avant les prochaines élections générales en 2015 et les premiers coups de pioche seront alors portés l'année suivante.
La mise en service du HS2 sur un premier tronçon allant de Londres à Birmingham n'aurait cependant pas lieu avant 2026, soit 62 ans après la mise en circulation du Shinkansen japonais et 45 ans après la première exploitation commerciale du TGV français. Dans une seconde phase, prévue pour 2032-2033, le HS2 doit ensuite continuer sa route vers le Nord-Ouest et le Nord-Est pour mettre Birmingham à 49 minutes (contre 1 h 21 aujourd'hui) de Londres, et Manchester à 1 h 08 (contre 2 h 08) de la capitale.

Un coût de 59,8 milliards d'euros

Mais avant que la Grande-Bretagne ne goûte à son tour au rail à haute vitesse, ailleurs que sur les lignes d'Eurostar qui mènent à Londres, de nombreux obstacles restent encore à lever. Outre l'inévitable guérilla juridique, portée notamment par des écologistes et des riverains, et d'ores et déjà budgétée, c'est le coût du projet qui divise les esprits. Réévalué à 50 milliards de livres (59,8 milliards d'euros), il a toujours l'appui des trois principaux partis de Grande-Bretagne. Mais plusieurs poids lourds de l'opposition travailliste ont laissé entendre que cela pourrait changer si l'addition continuait à grimper. Or, la fin de l'union sacrée risquerait de porter un coup fatal au rêve de trains à grande vitesse.
Lundi 25 novembre, un porte-parole du ministère des Transports a répété que le HS2 était "absolument vital pour le pays", qu'il allait apporter un "bond économique" et "engendrer un retour sur investissement" dont la Grande-Bretagne allait "profiter pendant des générations". Les opposants y voient pourtant d'abord un "projet vaniteux à 50 milliards que des générations de contribuables vont financer pour un bénéfice nul ou très modeste", selon les termes de Hilary Wharf, directeur de HS2 Action Alliance. Quant au rapport du cabinet d'audit KPMG, qui a calculé à 15 milliards de livres l'apport annuel du train à haute vitesse à l'économie britannique, il a aussitôt été contesté par plusieurs économistes.

AFP

Lundi 2 Décembre 2013



Lu 158 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse