Les miniers investissent partout dans le monde


Nourrie par la Chine, l'explosion de la demande en métaux et minerais est l'un des principaux faits économiques de l'année 2011 dans le monde, avec des milliards de dollars investis par les grandes entreprises minières.


© RIO TINTO
© RIO TINTO
Des régions désolées du centre de l'Australie, où la création d'une des plus vastes mines du monde à ciel ouvert vient de recevoir le feu vert, à la forêt vierge d'Amazonie, dont les dépôts en cuivre attirent les convoitises, le boum minier s'est étendu sur tous les continents. Les prix record du minerai de fer, de l'or et autres matières premières ont apporté aux groupes miniers d'immenses ressources qu'ils se sont empressés d'investir dans de nouveaux projets à travers le globe.

Un montant record de 140 md USD

"La tendance forte de cette année, c'est que la plupart des groupes miniers sont sortis de la crise financière mondiale avec des bilans très solides", déclare Warren Edney, analyste du secteur chez Royal Bank of Scotland (RBS). "Avec ces trésoreries, elles peuvent dépenser beaucoup d'argent. On les trouve partout". Les dépenses d'investissement des groupes miniers ont atteint le montant record de 140 md USD dans le monde cette année, contre 100 md USD un an avant et moins de 40 md USD en 2003, selon la banque RBS. Rio Tinto compte investir en 2012 quelque 12 md USD. Le brésilien Vale prévoit lui 19 md USD. Ces investissements sont parfois bien accueillis car ils sont synonymes d'emplois et de taxes, dans des lieux souvent isolés, alors que la crise économique menace. Mais ils entraînent aussi très souvent des tensions sociales et des inquiétudes aiguës sur leur impact sur l'environnement.
En Inde, qui est avec la Chine la grande puissance émergente d'Asie, la Cour suprême a interdit en juillet toute extraction dans l’État du Karnataka, après des révélations sur une déforestation massive dans cette région riche en minerai de fer. En Malaisie, un projet d'extractions de terres rares, mené par l'australien Lynas, a été vivement contesté. Et en Mongolie, les citoyens réclament au gouvernement de s'assurer qu'une plus grande partie des revenus des activités minières reviennent aux habitants.

Karl Malakunas

Vendredi 30 Décembre 2011





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse