Les transitaires marseillais et havrais créent une fédération commune


Les syndicats des transitaires de Marseille et du Havre viennent de créer leur propre fédération nationale. Baptisée Fédération des organisations de transport de France, elle a pour objectif de regrouper de nombreux commissionnaires de transport maritimes et déclarants en douane français déçus de TLF Overseas afin de défendre leurs intérêts.


© GPMM
© GPMM
Après avoir claqué la porte de TLF Overseas, le Syndicat des transitaires de Marseille-Fos (STM) et le Syndicat des transitaires et des commissionnaires en douane du Havre et de sa région (STH) viennent de passer à l'acte. Ils ont déposé les statuts d'une nouvelle structure nationale : la Fédération des organisations de transport de France (FOTF).
Jean-Louis Le Yondre, le président du STH, en a pris la présidence. Stéphane Salvetat, le président du STM, en assure la vice-présidence.
"De nombreux adhérents étaient mécontents que nous soyions affiliés à TLF Overseas. Le problème était latent depuis quelques années. Elle aurait dû être plus proche du terrain. La branche Overseas de TLF était trop trop tournée vers l'aérien. Le maritime est un travail communautaire. Les solutions proposées étaient inadaptées", explique le président des transitaires marseillais. Quant à la question du CCS unique, position de la fédération qui a soulevé la colère des transitaires portuaires, il estime qu'elle illustre bien la déconnexion de TLF des dossiers portuaires.

"De nombreux adhérents étaient mécontents de TLF Overseas"


"Il existe une complémentarité entre Le Havre et Marseille. Nous allons pouvoir trouver des synergies", affirme-t-il. Il estime également que la FOTF va pouvoir se montrer "plus réactive et plus efficace". La nouvelle fédération se dit déterminée à vouloir faire avancer les grands sujets, montrer son expertise et sa proximité.

Une commission "Douane" et une commission "Maritime"

La nouvelle fédération a créé deux commissions : l'une d'entre elles prendra en charge les questions douanières, l'autre se penchera sur les sujets maritimes. Parmi les grands dossiers qui l'attendent figurent les conséquences du dépôt de bilan de Hanjin Shipping, le VGM (le pesage des conteneurs) et le nouveau Code des douanes de l'Union européenne.
"Notre mission est de porter la voix de la profession auprès des administrations et des institutions au plan national et européen", ajoute la nouvelle fédération. Ses dirigeants ont d'ailleurs pris rendez-vous dans un premier temps avec le secrétariat d'État aux Transports et avec la Direction générale des douanes et droits indirects (DGDDI). Ils comptent également rencontrer rapidement les instances européennes. Stéphane Salvetat ajoute : "Nous devons faire du lobbying en Europe. TLF Overseas n'en faisait pas assez".
Pour les dirigeants de la nouvelle fédération, il ne s'agit pas d'y regrouper seulement les intérêts des transitaires portuaires marseillais et havrais. Ils souhaitent l'élargir à d'autres professionnels de la commission de transport et des déclarants en douane d'autres ports et de l'intérieur. Reste à savoir dans quel délai les autres les rejoindront. Le dossier du CCS commun (sur lequel TLF Overseas s'était discrédité) avait eu un impact qui avait sans doute largement dépassé les deux premières places portuaires nationales.

STM : un début de mandat lourd pour Stéphane Salvetat

Stéphane Salvetat, qui a pris la présidence du STM en juin, ne s'attendait pas à ce que ce début de mandat soit aussi mouvementé. En quelques mois, l'association a quitté TLF Overseas et posé la pierre angulaire de FOTF avec le Syndicat des transitaires et commissionnaires en douanes du Havre (STH). En marge de ses dossiers nationaux, le successeur de Jean-Pierre Vigerie au STM a également à traiter des dossiers locaux. Il se dit mobilisé sur les projets de regroupement des services douaniers à Marseille, estimant que ceci peut "nuire à la fluidité du passage portuaire". Pour ce qui concerne Fos, le Syndicat des transitaires souhaite que les deux terminaux à conteneurs soient connectés au Poste d'inspection frontalier (Pif), en attendant que les travaux de la route soient achevés.
 

Vincent Calabrèse

Lundi 17 Octobre 2016



Lu 1027 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse