Mistral : le travail continue à Saint-Nazaire



© STX
© STX

La suspension de la livraison du premier des deux navires Mistral construits aux chantiers STX de Saint-Nazaire pour la Russie n'affecte pas la vie des chantiers navals, a affirmé jeudi 4 septembre le maire de la ville, tandis que se poursuivait l'assemblage du second bâtiment. "Les contrats sont toujours en cours, le président me l'a confirmé", a déclaré le maire de Saint-Nazaire, David Samzun. "La vie des contrats va se poursuivre, les essais en mer dans quelques jours" pour le premier navire, le «Vladivostok», "et la poursuite de la construction du second navire qui est cours", a-t-il expliqué. "La président m'a confirmé que les contrats étaient toujours en cours et qu'ils se dérouleront normalement", a-t-il ajouté. "Le seul point nouveau c'est la date de livraison qui pourrait être remise en cause", a dit David Samzun. "L'Élysée a expliqué que les conditions pour livrer ce navire n'étaient pas réunies à ce jour compte tenu de l'aggravation de la situation en Ukraine mais il n'y a pas eu de directive pour arrêter la construction des navires", a confirmé à Paris une source proche du dossier. "Si malheureusement la situation internationale continuait à se dégrader, bien évidemment la livraison de ces navires ne serait plus envisageable" et "dans ce cas, la solidarité nationale et même européenne devrait intervenir pour que notre bassin d'emploi ne souffre en aucune manière sur le plan économique et donc social", a précisé le maire.
Les marins russes, arrivés depuis quelques semaines dans la ville, continuaient jeudi 4 septembre leur formation chez STX sur le premier bâtiment de projection et de commandement (BPC), le «Vladivostok», dont la construction est terminée. La construction du second BPC, le «Sébastopol», pour lequel il reste environ un an de travail, se poursuit aussi. La décision diplomatique de la France est "compréhensible" selon la CFDT, et elle "ne ferme pas complètement la porte à ces livraisons", rappelle le syndicat. Le premier BPC est terminé et prêt à être livré "à notre «client» qui n'est autre que la DCNS", rappelle le syndicat, plus inquiet pour le second navire et les emplois concernés (300 à 400 personnes) en cas de poursuite de la crise ukrainienne. Le groupe DCNS (codétenu par l'État et le groupe Thales), fabricant du Mistral, n'a pas souhaité communiquer quelles seraient les pénalités en cas de non-livraison. À la veille d'un sommet de l'Otan dominé par la crise ukrainienne, Paris a suspendu mercredi 3 septembre la livraison à la Russie du premier des deux porte-hélicoptères Mistral, cédant aux critiques de plusieurs alliés, à commencer par les États-Unis. La vente à la Russie de deux Mistral, conclue en juin 2011 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, a été évaluée à environ 1,2 milliard d'euros. Ces bâtiments sont des navires de guerre polyvalents pouvant transporter des hélicoptères, des chars, ou accueillir un état-major embarqué.


Le Mistral sera livré en cas de cessez-le-feu

La France livrera un navire de guerre Mistral à la Russie à condition qu'un cessez-le-feu soit instauré dans l'Est de l'Ukraine et qu'un "règlement politique" soit trouvé à la crise, a déclaré jeudi 4 septembre le président français, François Hollande, à Newport (Royaume-Uni). "Quelles sont les conditions ? Un cessez-le-feu et un règlement politique. Aujourd'hui, ces conditions ne sont pas réunies. Comment pourrais-je autoriser la livraison d'un bateau qui peut demain être un bateau de guerre alors même qu'il y a la crise en Ukraine ?", a indiqué François Hollande après avoir rencontré son homologue ukrainien, Petro Porochenko. "Dès lors que - c'est tout à fait possible aux mois d'octobre ou de novembre - les conditions sont réunies, les bateaux pourront être livrés", a ajouté François Hollande, soulignant que ce contrat de 1,2 milliard d'euros représente "des heures de travail pour les chantiers de Saint-Nazaire".


AFP

Vendredi 5 Septembre 2014



Lu 61 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse