Ne plus exporter des déchets toxiques n'importe où


Les États de l'Organisation de développement et de coopération économiques ne pourront plus exporter des déchets dangereux vers des pays non-membres de l'OCDE si ces derniers s'y opposent, a annoncé mardi un porte-parole du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE).


© Sirmet
© Sirmet
"Le PNUE est heureux d'annoncer un accord historique mettant fin à une impasse de quinze années et interdisant le transport Nord-Sud de déchets dangereux", a déclaré Michael Stanley-Jones. "Les représentants des 118 membres de la Convention de Bâle, le traité mondial sur la gestion des déchets, ont conclu une entente historique permettant de débloquer un amendement ("Amendement interdiction", NDLR) qui interdira l'exportation de déchets dangereux de l'OCDE vers les pays non-OCDE", a-t-il annoncé. Cet accord est en quelque sorte une "interprétation exceptionnelle" de l'amendement, a expliqué un expert de la Convention de Bâle. Il a été conclu le 21 octobre, dernier jour de la 10e réunion des États partis de la Convention de Bâle.

Seize ans après la conclusion de la Convention de Bâle (conclue en 1989), l’interdiction pour les États de l’OCDE d’exporter des déchets dangereux vers d’autres pays va entrer en vigueur, grâce à une proposition en ce sens présentée par la Suisse et l'Indonésie en 2008, se félicite pour sa part la Confédération. Cette initiative ("Country-Led Initiative", CLI) helvético-indonésienne permettra aux gouvernements qui le souhaitent de faire valoir l'"Amendement interdiction" bien qu'il ne soit pas entré en vigueur. Ce qui n'était pas possible jusqu'à présent.
La Convention de Bâle vise à protéger les pays en voie de développement contre les importations indésirables de déchets. Cependant, des lacunes persistaient dans la mise en œuvre de ce régime international étant donné que l'Amendement interdiction n'est pas encore entré en vigueur, dix-sept signatures de pays étant encore nécessaires (71 pays l'ont en revanche déjà ratifiée, dont tous les membres de l'UE). Les États-Unis, le Japon et le Canada ne l'ont ainsi pas signée. Néanmoins, grâce à l'accord conclu à Carthagène, ils ne pourront pas exporter de produits toxiques dans les pays qui ont signé l'Amendement.

 


.

Jeudi 27 Octobre 2011





     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse