Petroplus annonce sa probable faillite


Après un mois de déboires financiers, le groupe Petroplus a annoncé qu'il se dirigeait vers la faillite faute d'avoir trouvé un accord avec les banques, laissant les quelque 2.500 salariés dans le flou.


Petroplus annonce sa probable faillite
"Les négociations avec les créanciers concernant le crédit renouvelable n'ont pas porté leurs fruits", a expliqué mardi 24 janvier la direction de Petroplus. Cette situation équivaut à "un défaut de paiement" pour 1,75 milliard de dollars (1,3 milliard d'euros) de dette qu'a cumulé la société, a précisé le premier raffineur européen. Le groupe, dont le siège est dans le paradis fiscal de Zoug dans le centre de la Suisse, va par conséquent demander la mise en faillite ou le sursis concordataire. "Pendant les dernières semaines, Petroplus a été en négociations avec ses créanciers pour rouvrir les lignes de crédit nécessaires au maintien des opérations et pour répondre aux obligations financières", a poursuivi le raffineur, qui était également à la recherche de nouvelles sources de financement.

Des raisons inexpliquées

Des zones d'ombre demeurent en effet sur les raisons qui ont conduit à cette situation. "Le groupe n'a jamais communiqué à ce sujet", a estimé un analyste. Selon les spécialistes de la Banque cantonale de Zurich (ZKB), la mise en faillite représente "le pire scénario possible pour la société", qui avait annoncé de premières difficultés fin décembre 2011. Le groupe avait alors indiqué qu'une ligne de crédit d'environ un milliard de dollars, jugée "indispensable" au bon fonctionnement de ses opérations, avait été gelée par ses banques.
Dans l'immédiat, il sera difficile d'évaluer quel montant les actionnaires de Petroplus vont pouvoir récupérer après la mise en faillite du groupe, en raison du "flou" qui entoure la situation de Petroplus, selon les analystes de la ZKB. La situation s'annonce tout aussi incertaine pour les salariés, répartis entre les cinq sites de Petit-Couronne en France (Seine-Maritime), Coryton (Grande-Bretagne), Anvers (Belgique), Ingolstadt (Allemagne) et Cressier (Suisse). Ces usines ont une capacité cumulée de traitement de 667.000 barils de brut par jour.

André Lehmann

Mardi 24 Janvier 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse