Une prépondérance du rail en russie


Entrée dans l’OMC en août 2012, la Russie avec ses 143 millions d’habitants représente un marché sur lequel les Français sont insuffisamment présents. La CGPME Rhône-Alpes prépare une mission à Moscou, du 17 au 21 juin, avec une possible extension à Nijni Novgorod et Kazan. Les secteurs porteurs sont nombreux et variés et comprennent aussi les infrastructures et les transports dont la vétusté représente un frein pour les acheminements des hommes et des marchandises.


© Siemens
© Siemens
Les infrastructures sont d’inégales qualités en russie, pays que traversent onze fuseaux horaires, ce qui engendre des surcoûts importants. Les transports intérieurs sont dominés par le rail qui gère plus de 80 % des tonnages, hors oléoducs et gazoducs.
Le ferroviaire figure au troisième rang mondial pour le transport de marchandises et au troisième également pour les passagers. Le réseau s’étend sur 86.200 km. La moitié est électrifiée mais quelque 6.000 km sont engorgés notamment aux abords des ports et des frontières. L’âge moyen du parc de wagons est de 26 ans, les encombrements sont nombreux et le niveau de sécurité est insuffisant. Malgré des avancées avec des liaisons réalisées comme Moscou-Saint-Pétersbourg ou Saint-Pétersbourg-Helsinki, les travaux de modernisation des infrastructures et du matériel doivent s’amplifier. Le programme fédéral prévoit la construction de 3.000 km de lignes nouvelles, l’électrification de 2.700 km, la construction de 10.000 nouvelles locomotives et de 34.000 wagons à court terme.

"Le ferroviaire figure au 3e rang mondial pour le transport de marchandises"


Parmi les projets listés par Ubifrance (qui prépare une mission en septembre en Russie), figure celui de RZD "Transsib en sept jours", pour réduire à sept jours le temps de transport du fret de conteneurs des ports de l’Extrême-Orient russe aux frontières russes occidentales. Des opérateurs privés sont apparus réduisant la part de marché de la société de chemins de fer russe RZD. Alstom construit actuellement à Belfort des locomotives pour le Kazakhstan produites en partenariat avec le russe TMH.
Un pavillon France sera organisé par Ubifrance et ses partenaires lors de l’"Expo 1520", un salon ferroviaire de référence qui aura lieu à Moscou du 11 au 14 septembre, suivi en octobre d’un événement dans le domaine des autoroutes à péage et des systèmes de transports intelligents. Les cinq bureaux d’Ubifrance en CEI proposent diverses prestations collectives ou sur mesure.
Côté routes, le réseau est constitué de 1,2 million de kilomètres dont près de 50.000 km de réseau fédéral qui accueillent la moitié du volume de fret transitant par la route. Le trafic routier de marchandises était en augmentation de 8,1 % en 2011 par rapport à 2010. Le programme fédéral prévoit la construction de 8.000 km de routes fédérales, l’élargissement de 1.300 km de voies d’autres catégories et la construction de 1.900 km de voies rapides. L’entretien du réseau routier est coûteux et difficile dans un pays où les écarts de température peuvent aller de - 40 °C à + 40 °C.

121 ports fluviaux

En 2011, le trafic des ports maritimes a représenté plus de 535 millions de tonnes dont 35 % assurés par les ports du Nord-Ouest (Saint-Pétersbourg et Oust-Louga), 32 % par les ports du bassin du Sud et 23 % par les ports de l’Extrême-Orient russe. Des projets concernent la modernisation de plusieurs ports comme Mourmansk, Arkhangelsk, Varandei et Vladivostok. Le réseau navigable, long de 102.000 km, s’articule autour de 121 ports fluviaux. Le fret aérien n’est pas très important en volume mais il demeure indispensable dans certaines circonstances. Parmi les projets figurent le nouvel aéroport d’Irkoutsk ou le complexe multimodal d’Oust-Louga sur la Baltique.
Lors de sa venue à Lyon, Nikita Stepanchenko, directeur du bureau de représentation du groupe CIC pour la Russie et la CEI, a rappelé l’intérêt de recourir à l’assurance-prospection de la Coface. Il a ajouté aussi qu’un partenaire russe très intéressé par un produit peut aller jusqu’à participer aux frais de certification par exemple. En matière de douanes, il a reconnu qu’il reste beaucoup d’efforts à faire. "Pour les dédouanements, il faut vraiment s’adresser à des spécialistes et transitaires reconnus", a pointé Nikita Stepanchenko.

Annick Béroud

Mercredi 15 Mai 2013



Lu 372 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse