À Calais, la "galère" des routiers face aux migrants


"Ils sont prêts à tout...", soupire Jimmy Barbieux, chauffeur français de poids lourd spécialisé dans le trafic transmanche. "Quasi quotidiennement", des migrants tentent de monter dans son véhicule pour rejoindre l'ultime étape de leur périple : l'Angleterre.


© Port de Calais
© Port de Calais
"Depuis que j'ai commencé, les migrants sont présents, mais les moyens pour monter dans les camions sont de plus en plus violents", assure cet homme de 33 ans, embauché en 2011 dans une société de transport du Nord de la France pour "faire l'Angleterre". "On roule sur la rocade menant au port de Calais et, d'un coup, un tronc d'arbre, des barricades au milieu de la route et des jets de pierres nous obligent à nous arrêter", raconte-t-il.
À Calais, quelques milliers de migrants campent en permanence dans un bidonville, surnommé la "Jungle", dans l'attente de trouver un moyen de passer en Angleterre. Et aux abords de la chaussée, "ils sont 20, 30, 50 prêts à monter !", renchérit son collègue, Maxime Allouchery, 30 ans. Alors, avant d'arriver au port ou au tunnel sous la Manche, "on fait tout pour ne pas s'arrêter, car ce serait inconscient".
Voici trois ans, "c'était le jeu du chat et de la souris : quand ils étaient surpris, on les faisait descendre et ils ne faisaient pas d'histoire. Maintenant, nous avons peur de leur agressivité", affirme Jimmy Barbieux. Désormais, "quand je m’aperçois qu'il y a des migrants dans mon camion, j'attends d'arriver aux contrôles du port ou du tunnel pour les faire débarquer", explique le chauffeur, s'apprêtant à livrer de la cristallerie à Manchester.
Les migrants "font partie de notre quotidien" et, avec trente traversés par mois, "on connaît leur technique". Par exemple, "ils vérifient la cargaison avant de monter : si c'est un chargement biscornu, ils montent, car ils peuvent se cacher, sinon, ils laissent tomber", raconte Maxime Allouchery.  Si le chargement ne leur convient pas, "ils grimpent sur les toitures, les châssis du tracteur ou dans le déflecteur (au-dessus de la cabine NDLR), c'est dangereux, on les retrouve souvent tétanisés", complète Jimmy Barbieux. "Si les camions ne vont pas dans la bonne direction, ils font aussi tout pour que le conducteur s'arrête. Une fois, voyant que je n'allais pas en Angleterre, des migrants sur mon toit ont craqué la bâche, pris les pommes de terre de la remorque et les ont jetées partout sur la route sur 7 km...", se souvient Jimmy Barbieux.

4.000 euros d'amende

La "passion" pour son métier choisi pour "le voyage et la liberté" est ainsi devenue "une galère" : "On est de plus en plus inquiets, on a peur pour notre sécurité", témoigne le jeune homme déjà contrôlé cinq fois "positif", c'est-à-dire avec des migrants dans sa remorque, au port et au tunnel. Sans parler du risque financier : en cas de contrôle positif en Angleterre, "c'est 2.000 euros pour le chauffeur et 2.000 euros pour le patron de l'entreprise, des collègues ont déjà dû payer", assure son collègue Maxime. Celui-ci veut du coup "arrêter l'Angleterre". Comme "trois autres de ses collègues", selon Alain Noyelle, leur chef, affirmant que deux chauffeurs de l'entreprise ont déjà démissionné pour cette raison.
Pour Maxime, "c'est saoulant". Il n'a "pas envie de partir au travail chaque jour en se disant "Quels problèmes vais-je rencontrer ?", j'ai peur d'avoir un accident, peur d'en culbuter un sur la route". Les deux chauffeurs ont rejoint un groupe sur Facebook créé par des collègues pour se tenir informés du trafic aux abords du port et du tunnel. L'un d'entre eux vient de poster un nouveau message : "Attention attaque de migrants entre l'A16 et la rocade portuaire. À part ça, ça va".

Zoé Leroy

Mardi 3 Mai 2016



Lu 295 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy