Jean-Pierre Chalus : "L’embellie de 2021 est adossée à la relance de la Guadeloupe"


Avec le retour à la croissance enregistré dans le fret en 2021, le Grand Port maritime de la Guadeloupe prévoit de dépasser à nouveau en 2022 la barre des 4 millions de tonnes. Pour Jean-Pierre Chalus, le président du directoire de l’établissement portuaire, toutes les filières ont suivi la même tendance haussière. Il attend le rebond de la croisière dès la prochaine saison.


© Guadeloupe Port Caraïbes
© Guadeloupe Port Caraïbes
Pour le Grand Port maritime, le retour à la croissance en 2021 est-t-il dû pour l’essentiel au rebond des vracs solides ? À quel secteur de l’économie le GPM doit cette forte hausse ? À la reprise du BTP ?

Tous les types de fret ont augmenté en 2021 : les vracs liquides, les vracs solides et les diverses. Les liquides connaissent une évolution positive aussi bien à l’import qu’à l’export (notamment vers la Guyane et pour les produits de soutage utilisés par le navire avitailleur présent en Guadeloupe depuis décembre 2020). Pour ce qui est des vracs solides, la croissance sur les agrégats est notable : les niveaux de trafics sont les plus élevés depuis les vingt dernières années.

De plus, le trafic de clinker connaît une progression forte. Ces deux trafics sont des indicateurs de dynamisme du secteur des travaux publics, porté par les grands chantiers dans l’archipel. Le trafic de pellets de bois, démarré en novembre 2020, s’installe de façon régulière et remplace le charbon dans la production électrique. Enfin, les exports de sucre en vrac sont supérieurs à ceux de l’année précédente.


Dans le conteneur, le GPM a connu lui aussi une forte augmentation. Est-ce que ce secteur doit davantage cette hausse au transbordement qu’aux flux domestiques ?

Il est vrai que le transbordement a connu une évolution forte en 2021 (+ 30 %), mais le domestique n’est pas en reste avec une hausse de 3 %. Le transbordement de fruits frais en provenance du Brésil à destination de l’Europe a repris au dernier trimestre 2021 (comme en 2020). Car les navires en service étaient de plus grande capacité et donc les volumes transportés plus importants.


Existe-t-il encore des gisements de croissance dans le conteneur ? Avec le Brésil ou d’autres zones ?

Le trafic conteneur reste sur une bonne dynamique depuis le deuxième semestre de l’année 2020. Avec la mise en place du service Fortaleza Express, puis du Brazex 2, les relations avec le Brésil se sont effectivement intensifiées avec de plus un changement des flottes avec des capacités plus grandes. La situation géographique de la Guadeloupe, au croisement de grandes routes océaniques autorise des perspectives de développements futurs, au gré des stratégies des armateurs, ainsi que des services que peut proposer la place portuaire (nouveau parc reefer, nouvelle zone de stockage, soutage des navires, manutention fiable...)

"Le maintien des services de transbordement avec l'Amérique du Sud va soutenir la croissance du conteneur"


En marge des résultats, quels ont été les grands événements de l’année 2021 en termes d’investissements ou de décisions stratégiques ?

Parmi les opérations lancées dans le cadre du plan de relance, nous avons procédé à l’extension du parc reefer (300 prises supplémentaires) et à une valorisation environnementale de Basse-Terre. Nous avons créé un bassin de rétention des eaux d’incendie et renforcé la performance des portiques.


En matière de perspectives, dans ce contexte de sortie de crise, qu’attendez-vous de 2022 ?

Le trafic devrait de nouveau avoisiner, comme en 2021, les 4 millions de tonnes. Le trafic de pellets de bois, notamment nécessaires à l’alimentation de la centrale électrique Albioma du Moule, sera poursuivi en remplacement du charbon. Les importations d'agrégats, utilisés dans le secteur du BTP (routes, aéroport, notamment), même si elles diminuent avec la fin de grands chantiers, devraient se poursuivre. Le trafic de conteneurs devrait également être bien orienté, avec le maintien des services de transbordement avec l'Amérique du Sud (banane et fruit).


Redoutez-vous que la guerre en Ukraine pénalise les filières du vrac ?

À ce stade, les impacts sur le trafic de vrac ne se font pas ressentir. Certes la Guadeloupe n’est pas desservie en direct par ces marchés, mais elle n’est pas à l’abri de conséquence indirectes sur certaines marchandises, comme les céréales ou les hydrocarbures.


Quand prévoyez-vous le retour de la croisière ?

Le GPMG se tient prêt pour la saison croisière dont la première escale est programmée le 3 novembre prochain. Au total et à ce jour, ce sont 129 escales qui sont prévues pour la saison 2022-2023 et une fin au 3 mai 2023. Le GPMG a fait partie de la délégation des îles de Guadeloupe qui s’est rendue au tout récent Cruise Shipping Miami afin de rencontrer les acteurs de la croisière et préparer cette saison devant marquer le retour après deux saisons blanches.

Les faits saillants de la saison seront le retour des compagnies historiques (Costa et MSC), un record de capacité avec le "MSC Seaside" (5.300 passagers), le renforcement du positionnement de la compagnie Aida avec quatre navires et de nouvelles escales de paquebots de luxe (Ritz Carlton et Virgin voyages).

Quels sont les investissements prévus pour 2022 ?

Fin 2022-début 2023, nous prévoyons les travaux d’extension du quai 12 (120 mètres de long sur 45 mètres de large). Par ailleurs, des réflexions d’aménagement concerté sont lancés pour ouvrir le port sur la ville et valoriser un cheminement piétonnier le long du littoral (darse) pour une reconquête du front de mer par et pour la population et les touristes.
En outre, on prévoit l’implantation du futur siège du GPM à proximité des Q1 et 2, des éco-mouillages et la couverture photovoltaïque de la gare maritime de Bergevin, pour une production de 170.000 KWh par an.

Vincent Calabrèse

Lundi 23 Mai 2022



Lu 1251 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal