La Chine réunit le monde autour des Nouvelles routes de la soie


La Chine réunit un sommet autour des Nouvelles routes de la soie, projet cher au cœur du président Xi Jinping pour cimenter les relations commerciales et politiques de Pékin, mais qui semble boudé par les dirigeants occidentaux.


Les trains de marchandises sont nettement plus remplis dans le sens Chine-Europe © SNCF
Les trains de marchandises sont nettement plus remplis dans le sens Chine-Europe © SNCF
Les dirigeants de 28 pays ont prévu de se rendre à Pékin dimanche 14 mai pour un sommet sur les Nouvelles routes de la soie, parmi lesquels les présidents russe, Vladimir Poutine, et turc, Recep Tayyip Erdogan. Mais seul le chef du gouvernement italien, Paolo Gentiloni, sera présent parmi les leaders des sept pays les plus riches (G7) réunis au bord du lac Yanqi, au pied de la Grande muraille.

La version 2017 se double d'une "route" maritime

Peu après son arrivée au pouvoir, Xi Jinping a lancé en 2013 cette initiative visant à ressusciter l'antique Route de la soie, qui acheminait à dos de chameau des produits de l'Empire du milieu vers l'Europe, à travers l'Asie centrale. La version 2017, qui se double d'une "route" maritime, consiste en une série d'investissements dans des projets ferroviaires, autoroutiers, portuaires ou énergétiques, avec à la clé la création de parcs industriels ou de zones franches en Asie, en Europe centrale et au Moyen-Orient.
L'initiative, qui regroupe 65 pays représentant 60 % de la population et environ le tiers du PIB mondiaux, a le soutien apparemment illimité de Pékin : la Banque de développement de Chine à elle seule a prévu de débloquer plus de 800 milliards d'euros d'investissements sur 900 projets. Le géant asiatique cherche ainsi à sécuriser son approvisionnement de matières premières ainsi que l'acheminement de ses produits vers ses principaux marchés, particulièrement l'Europe.
"Une Chine puissante et prospère émerge des profondeurs de l'Histoire et revient au centre de la scène mondiale", affirme l'agence Chine nouvelle, qui assure avoir diffusé pas moins de 30.000 dépêches depuis trois ans sur les Nouvelles routes de la soie. Mais certains disent douter de la capacité du régime communiste à jouer le rôle du défenseur du système commercial multilatéral.
"Nous espérons que la Chine appliquera chez elle ce qu'elle prêche sur la scène internationale", déclarait mardi 9 mai l'ambassadeur de l'UE à Pékin, Hans Dietmar Schweisgut, évoquant les entraves au commerce et à l'investissement dont se plaignent les entrepreneurs étrangers dans ce pays. Et les trains de marchandises qui relient désormais la Chine et l'Europe occidentale en moins de trois semaines sont nettement plus remplis dans le sens Chine-Europe, souligne la sinologue June Teufel Dreyer, de l'Université de Miami.
Pour les pays qui acceptent les investissements, "ce qui pourrait apparaître positif pourrait en fait les lier à une toile d'araignée centrée sur la Chine", prévoit-elle.
Des pays participants pourraient se retrouver lestés par d'importants prêts chinois à rembourser, quelle que soit la viabilité économique des projets financés par Pékin, redoute l'agence de notation Fitch Ratings. "D'authentiques besoins d'infrastructures et la logique commerciale risquent de passer au second plan par rapport à la volonté politique" d'étendre la sphère d'influence chinoise, selon Fitch.
Le sommet de Pékin doit permettre de passer à la phase d'application des projets après la phase de lancement. "On en parle depuis trois ans, mais beaucoup de pays ne comprennent pas vraiment de quoi il s'agit", reconnaît Yang Shu, expert à l'Institut d'études de l'Asie centrale à l'Université de Lanzhou. "Même la Chine ne saisit pas forcément le but ultime du projet".

Becky Davis

Jeudi 11 Mai 2017



Lu 587 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy