La station de pilotage de Marseille-Fos et de Nice dans la tourmente


Dressant le bilan des neuf premiers mois de 2020, les pilotes de Marseille-Fos et Nice estiment avoir sévèrement souffert de la crise sanitaire. Pour les bassins provençaux, ils ont perdu 35 % de chiffre d'affaires.


© Station de pilotage de Marseille-Fos
© Station de pilotage de Marseille-Fos
De l'aveu même de son président, Jean-Philippe Salducci, les stations de pilotage de Marseille-Fos et celle de Nice traversent cette année "une des plus graves crises jamais connues" par la profession. Elles sont victimes toutes deux des effets de la situation sanitaire sur le trafic portuaire.
Dans les bassins Est du port marseillais, la station de pilotage a enregistré au cours des trois premiers trimestres une perte du chiffre d'affaires de 55 % par rapport à la même période de 2019 mais seulement de 10 % dans les bassins Ouest. En cumul pour l'ensemble des bassins du port phocéen, le chiffre d'affaires a reculé de 35 %.
Sur les neuf premiers mois de l'année, les pilotes ont traité 3.935 mouvements de navires à Marseille contre 5.635 pendant les trois premiers trimestres en 2019 (- 30 %). Dans les bassins de Fos, ils en ont réalisé 7.733 contre 8.334 l'an dernier pendant la même période (- 7 %).
Pour le seul mois de septembre, la station a enregistré un chiffre d'affaires de 371.000 euros contre 836.000 euros en septembre 2019 dans les bassins Est. À Fos, il s'est élevé 1,100 million d'euros contre 1,170 M EUR il y a un an.

Chute de la croisière, dénominateur commun

Pour Jean-Philippe Salducci, la station est victime de la chute drastique du nombre de grands paquebots à l'Est et de la diminution du nombre de méga porte-conteneurs à l'ouest. Selon lui, Fos permet aux pilotes de résister.
À Nice, l'activité a été pratiquement divisée par trois. Les pilotes y ont réalisé 1.226 opérations au cours des neuf premiers mois de l'année contre 3.345 en 2019.

"Les pilotes vont terminer en puisant sur leurs fonds propres"


Dans le port azuréen, le pilotage devrait finirl'année sur un chute de 85 % du chiffre d'affaires. "Sur cinq salariés, trois sont au chômage partiel. La station va terminer l'année en déficit. Les pilotes vont devoir puiser sur leurs fonds propres", analyse le président du pilotage marseillais.

Activité partielle de longue durée

Il explique que des mesures de chômage partiel ont été prises au sein de la station de Marseille-Fos de mars à septembre. Depuis octobre, après avoir signé un accord d'activité partielle de longue durée (APLD) avec l'Unsa (Union nationale des syndicats autonomes), elle a mis au chômage partiel 33 % de l'effectif salarié.
Des mesures qui ne concernent pas les pilotes, "car ce sont des travailleurs indépendants", rappelle-t-il. "Nous n'avons obtenu aucune aide de l'État pour les pilotes. Ils ont dû effectuer les tâches des salariés", souligne-t-il, avant d'ajouter : "Quant aux jeunes pilotes, ils se sont trouvés sans revenu".
Entre celle de Marseille-Fos et Nice, la station de pilotage compte à ce jour quarante-huit pilotes. Mais sur les quatre pilotes niçois, deux ont rejoint sans solde la station de Marseille-Fos.
Elle a dû tailler également dans l'effectif de la flotte. Une pilotine marseillaise a été vendue en Martinique et une unité de Nice cédée à Port-la-Nouvelle. Au total, après la cession, la station de Marseille-Fos compte cinq unités de 17 mètres (dont une encore en construction) et cinq de 12 mètres (dont une monomoteur construite il y a trente ans).

Vincent Calabrèse

Vendredi 23 Octobre 2020



Lu 1808 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Novembre 2020 - 17:23 Le pavillon français affiche sa stabilité


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide

























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal