Le "Zaandam" avec ses passagers malades accoste en Floride


Le "Zaandam", qui a erré pendant des jours après avoir été rejeté par plusieurs pays d'Amérique latine parce qu'il transportait des passagers atteints du coronavirus, a pu accoster en Floride.


Le "Zaandam", qui a quitté Buenos Aires le 7 mars, devait finir son voyage au Chili le 21 mars, mais a dû changer de trajectoire à cause du virus © Panama Maritime Authority
Le "Zaandam", qui a quitté Buenos Aires le 7 mars, devait finir son voyage au Chili le 21 mars, mais a dû changer de trajectoire à cause du virus © Panama Maritime Authority
"Les garde-côtes, le département à la Sécurité intérieure, les responsables de la santé et le comté de Broward sont parvenus à la décision d'autoriser les navires de croisière 'Zaandam' et 'Rotterdam' à accoster à Port Everglades", dans la région de Fort Lauderdale, a annoncé jeudi 2 avril le maire de cette ville, Dean Trantalis.
Pour le "Zaandam", une sortie de crise s'était profilée jeudi matin : un responsable local, Michael Udine, avait indiqué qu'une commission avait approuvé de manière "conditionnelle" le plan de débarquement proposé par Carnival, propriétaire de la compagnie de croisières Holland America. La compagnie exploite le "Zaandam" et le navire envoyé à sa rescousse avec notamment des vivres, du personnel et des tests de dépistage du Covid-19, le "Rotterdam". Quelque 400 passagers sains ont été transférés du premier vers le second. Quatre personnes sont mortes sur le "Zaandam". Les deux navires transportent 1.250 passagers, dont des Américains et des Canadiens, et 1.186 membres d'équipage.
Selon le plan de débarquement, environ 1.200 personnes qui ne sont pas malades pourraient rentrer chez elles en avion. Elles seraient transportées dans des véhicules "désinfectés, avec des contacts limités entre personnes, et elles porteraient des masques", a expliqué Holland America mercredi. "Les ressortissants étrangers seront transportés par bus vers l'aéroport, mais ils n'iront pas à l'intérieur de l'aéroport. Ils iront directement dans l'avion", a précisé Ron DeSantis, gouverneur de Floride. D'après l'une des responsables du comté de Broward, Barbara Sharief, le débarquement des 1.200 personnes saines pourrait prendre jusqu'à quatre jours.

Le "Coral Princess" navigue vers Fort Lauderdale

Un autre navire de croisière, le "Coral Princess", avec à son bord 12 cas diagnostiqués de coronavirus, est lui aussi en train de naviguer vers le port de Fort Lauderdale, en Floride, a indiqué jeudi la compagnie maritime Princess Cruises. Jusqu'ici, sept passagers et cinq membres d'équipage ont été testés positifs, sur 13 tests effectués. Au total, 1.898 personnes se trouvent sur le "Coral Princess", qui doit à son tour accoster à Fort Lauderdale samedi, toujours selon Princess Cruises.
Du côté du Pirée, les autorités grecques ont ordonné jeudi "l'isolement" de 119 passagers du paquebot "El Venizelos" testés positifs au Covid-19, a annoncé Nikos Haradalias, vice-ministre de la Protection civile. Le navire est placé en quarantaine depuis le 22 mars, après la découverte initialement d'une vingtaine de cas. Il y en a maintenant 119. Le reste des passagers, 260 personnes de diverses nationalités, ont été transférés dans des hôtels près d'Athènes et seront rapatriés dans les prochains jours, selon les autorités.

L'Australie demande aux paquebots de rentrer chez eux

L'Australie a réaffirmé vendredi 3 avril qu'elle ne laisserait pas les équipages des paquebots qui compteraient des cas de coronavirus débarquer sur son sol. Plus d'une dizaine de navires se trouveraient actuellement au large des côtes australiennes avec plus de 15.000 membres d'équipage à leur bord.
"Nous avons demandé à tous ces paquebots de quitter les eaux australiennes", a déclaré vendredi le chef de la police australienne aux frontières, Michael Outram. "Si jamais il existe une période pour que les navires retournent là où ils sont enregistrés, c'est sans aucun doute pendant une période de pandémie mondiale comme celle-ci", a-t-il souligné.
De nombreux navires naviguent sous des pavillons de complaisance, notamment le Panama, les Bahamas et le Liberia, et ces différents pays n'ont pas les moyens sanitaires d'accueillir des personnes porteuses du virus. Ce problème est devenu planétaire, de nombreux navires cherchant à se réfugier dans des ports réputés plus sûrs comme en Floride, à Yokohama (Japon) ou à Perth (Australie). Les autorités de nombreux pays, parmi lesquelles l'Australie, sont en colère contre les compagnies de croisières qu'elles jugent irresponsables. Ces navires représentent déjà près de 10 % des plus de 5.000 cas de contamination enregistrés dans le pays.
Sur le plan politique, le sujet est particulièrement sensible notamment depuis que le gouvernement a finalement autorisé mi-mars 2.700 passagers à débarquer du "Ruby Princess" à Sydney, en dépit d'une interdiction. La police a annoncé qu'elle allait héliporter ce week-end des médecins sur huit paquebots se trouvant près de Sydney, afin de dépister 9.000 membres d'équipage.
Certains navires sont déjà repartis et d'autres se sont engagés à le faire après avoir fait le plein en carburant. Plus rétifs, d'autres paquebots refusent toujours d'appareiller en invoquant un risque de catastrophe humanitaire. L'association internationale des bateaux de croisière, la plus importante du secteur, a indiqué travailler à la résolution de ce conflit mais avoir, pour cela, besoin de l'aide du gouvernement.

Leila Macor et Andrew Beatty

Vendredi 3 Avril 2020



Lu 696 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide



























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy